Vote électronique: voici l’origine du bug informatique

Edition numérique des abonnés

Le SPF Intérieur a enfin dévoilé ce mardi soir les derniers résultats des élections, soit avec deux jours de retard. En cause : un bug informatique. Dans 17 communes bruxelloises ainsi que dans quelques cantons en Wallonie, le vote informatique n’a pas enregistré le bon résultat. En effet, l’électeur qui a voté électroniquement dimanche avait la possibilité de revenir en arrière s’il voulait changer son vote. Sauf que la carte magnétique a enregistré le premier vote et non pas le second vote corrigé. Le logiciel de comptable s’est rendu compte de l’anomalie.

Mais relativisons directement l’ampleur du problème, cela ne concerne qu’environ 2000 votes, soit 0,06 %. Selon Stéphane De Mul, porte-parole de la cellule élection au SPF Intérieur, «  l’annulation de ces votes n’aura aucun impact sur la répartition des sièges ».

Et maintenant ?

Les votes qui ont posé problème ont été considérés comme nuls par le SPF Intérieur. Dès mercredi matin, les bureaux de cantons concernés vont se réunir pour déterminer s’ils annulent ou non ces votes. En fonction de leur décision, le SPF mettra à jour les chiffres sur son site internet. Il sera alors possible pour les candidats de déposer un recours en annulation s’ils estiment avoir été lésés par ce couac informatique. Même si le porte-parole du SPF semble minimiser les résultats, il semblerait quand même que le score de certains candidats puisse se voir changer de manière significative. C’est par exemple le cas dans le canton d’Eupen où une liste rate un siège à 14 voix près. Les recours pourraient dès lors affluer…