Paul Magnette: «Passer à côté de la révolution numérique serait une tragédie pour la Wallonie»

C’est l’ambiance des grands jours ce mercredi au parlement wallon. En fin de matinée, le ministre-président Paul Magnette (PS) a prononcé son premier « Discours sur l’état de la Wallonie. » Tous les groupes politiques y répliqueront en début d’après-midi. On attend bien sûr d’abord le point de vue de l’opposition après un exposé de haute tenue qui s’est voulu à la fois rassembleur, optimiste et prospectif.

Avant le Carolo, Elio Di Rupo et Rudy Demotte avaient déjà pratiqué cet exercice. Mais cette fois, Paul Magnette et le gouvernement s’engagent à un discours de cette importance chaque année à la sortie de l’hiver. Le parlement lui-même a tout à gagner dans cette décision : il devient un peu plus le théâtre des grands débats sur l’avenir de la Région.

« La Wallonie a cessé de décrocher »

Quel était l’objectif de l’orateur ce mercredi matin, au-delà de son exposé ? Provoquer « un échange qui amène le gouvernement et le parlement à prendre de la hauteur pour regarder l’avenir wallon, par-delà les échéances immédiates. »

Et pour ce faire, estime le ministre-président, il s’impose d’abord qu’au-delà des divergences politiques, tous partagent le même constat sur l’état réel de la Wallonie. Production intérieure, exportations, emploi ou chômage par exemple, Paul Magnette s’est donc d’abord attaché à aligner les chiffres qui montrent que « la Wallonie a cessé de décrocher ».

Il serait sot de dire que tout va pour le mieux, mais « de nombreuses tendances sont positives ». Histoire d’impliquer tout le monde dans l’analyse, le ministre-président a souvent évoqué des statistiques qui courent sur une quinzaine d’années, une période au cours de laquelle PS, CDH, Ecolo et MR ont à un moment donné exercé le pouvoir en Wallonie… (Grincements de dents sur les bancs libéraux, « mouillés » malgré eux…).

Applaudissements au Parlement wallon. ©Belga
Applaudissements au Parlement wallon. ©Belga

Un « Small business Act » au profit des PME

Vient ensuite le temps de la prospective. Paul Magnette insiste sur l’importance du Plan Marshall 4.0 pour asseoir la réindustrialisation de la Wallonie. Il annonce un nouveau « Small business Act » wallon au profit des PME. Il insiste surtout sur ce qui apparaît comme le plus déterminant à ses yeux : ne pas passer à côté de la révolution numérique en cours.

Il dit : « Tous les Wallons sont concernés, pas seulement les entreprises. La révolution culturelle et industrielle à laquelle nous assistons est aussi importante que la naissance de l’écriture ou l’invention de l’imprimerie. Ceux qui passeront à côté de cet enjeu seront mis de côté pour longtemps. Ce serait une tragédie pour la Wallonie. »

L’autre combat déterminant à mener, selon le ministre-président : la gestion et la préservation du territoire, formidable richesse de la Wallonie, en prévision du développement économique et de la hausse de la démographie. Celui qui est aussi bourgmestre de Charleroi plaide pour des villes fortes, très bien équipées, qui deviennent des pôles de services importants. « Une région forte ne peut pas exister sans villes fortes », conclut-il.

Suite des débats cet après-midi avec les répliques de toutes les formations politiques.