Le 11h02: «Passa porta, véritable fête des auteurs»

Que signifie le thème de cette : « Now and then » ?

Jean-Claude Vantroyen : «  Un festival se doit d’avoir un thème. C’est un thème sur le temps, présent et passé. L’écrivain est-il au centre du temps ? Cela va permettre de poser toute une série de questions sur ce qu’est la littérature et quel est le temps de la littérature. Ces questions sont posées en filigrane tout au long du festival.  »

Cent écrivains invités, c’est beaucoup ?

Jean-Claude Vantroyen : «  C’est très riche. Il y a pas mal d’écrivains renommés, dont Jean-Marie Le Clézio, Prix Nobel de littérature 2008, qui est venu hier à Bozar. Ses apparitions sont très rares et l’avoir est donc une chance pour nous.  »

Jean-Luc Outers : «  Concernant Le Clézio, on a essayé de revisiter son œuvre à travers le thème du temps. Étant donné ses nombreux voyages, le thème du temps a permis d’aborder son histoire. Ses nombreux voyages sont un peu une façon pour lui de retrouver ses sources, de remonter le temps.  »

Qu’est-ce qui différencie Passa Porta de la Foire du livre ?

Jean-Luc Outers : «  La première grande distinction, c’est sans conteste la multi-culturalité. À la Foire du livre, vous trouverez principalement des écrivains francophones. Ici, ils viennent du monde entier. Il y a des Anglais, Américains, des Asiatiques, etc. Cette façon de voir les choses a vraiment sa place à Bruxelles, qui est une grande capitale multiculturelle. La deuxième grande différence, c’est que la Foire du livre est avant tout le lieu de rendez-vous des éditeurs. À Passa Porta, il s’agit d’une véritable fête des auteurs. Ils sont d’ailleurs invités à dialoguer entre eux. Il y a une dimension plus culturelle et littéraire.  »

Ce festival s’adresse-t-il uniquement aux passionnés de littérature ?

Jean-Luc Outers : «  C’est un festival qui invite à la curiosité. Le public doit se laisser happer par la voix des auteurs. Ce festival concerne également les jeunes car il y a pas mal d’activités prévues pour eux. Ce n’est pas un festival élitiste.  »

De manière générale, comment se portent les festivals littéraires ?

Jean-Claude Vantroyen : «  Même si le livre ne se porte pas toujours bien, les festivals, eux, résistent très bien. Certains voient même leur fréquentation augmenter. Les visiteurs aiment rencontrer les auteurs. Ce contact est important.  »

Jean-Luc Outers : «  Les festivals se sont surtout créés dans le nord de l’Europe. Par ici, ils sont plus récents, mais ils continuent de se développer.  »

Relire le 11h02 sur votre mobile