La nouvelle école Corroy prête pour la rentrée

Les préfabriqués sont passés à la trappe dans cette école de village pour laisser place à un bâtiment à l’architecture particulièrement contemporaine. © D.R.
Les préfabriqués sont passés à la trappe dans cette école de village pour laisser place à un bâtiment à l’architecture particulièrement contemporaine. © D.R.

Le changement s’annonce radical. Le 1er septembre, en se rendant dans la cour de récréation de leur établissement scolaire, les 240 élèves de l’école fondamentale de Corroy-le-Grand devraient tirer une bien drôle de tête. Ils découvriront un nouveau bâtiment à l’architecture particulièrement contemporaine, bien plus spacieux et lumineux que leurs précédents locaux. On sera bien loin des vieux préfabriqués qui ont occupé cet espace pendant près de trente ans.

Le bâtiment comprend, sur deux niveaux, neuf classes, une salle de sport, un réfectoire et des locaux administratifs. « Il est certain que cela va changer quelque peu le quotidien des professeurs et des élèves », sourit l’échevin local de l’Urbanisme Luc Mertens. La section primaire en prendra possession alors que les élèves de maternelle occuperont l’ancienne école.

Un projet ancien

Le dossier n’est pas neuf. Les premières esquisses ont été dessinées en 1999. Le projet a été relancé en 2007, pour voir son financement par la Fédération Wallonie-Bruxelles se débloquer en 2011. Les travaux ont débuté en septembre 2014. Ils auront duré un an. « Le choix de l’architecte a pratiquement été plus important que celui de l’entrepreneur, ajoute Luc Mertens. Nous souhaitions un bâtiment qui contraste avec le bâtiment ancien et qui épouse la déclivité du terrain. C’était un beau défi. »

Entre la rue de Chastre et le plus haut point du terrain, on retrouve une déclivité d’une dizaine de mètres. Un aspect qu’ont dû prendre en compte les architectes. « Les contraintes étaient nombreuses, fait remarquer Antoine Belayew, du bureau Modulo Architects, en charge du projet. Notamment les différences de niveaux. Nous avons redessiné cet espace. Le bâtiment épouse maintenant la pente naturelle. »

Le bâtiment permet de séparer le site en deux parties : une cour minérale à l’avant, et un espace jardin à l’arrière. « La luminosité et les vues traversantes ont été favorisées, de manière à créer une fluidité dans les espaces et une meilleure communication », poursuit Antoine Belayew. Les accès ont également été améliorés. Un kiss & ride devrait être aménagé dans les prochains mois le long de la rue de l’Eglise.

Rayon budget, l’investissement s’élève à 3,4 millions, subsidié à 75 % par la Fédération Wallonie-Bruxelles. La commune a déposé un million sur la table. « Un investissement considérable pour nous : cette extension a pratiquement englouti l’entièreté du budget réservé aux grands investissements pour cette législature ! », explique Luc Mertens. Notons que la salle de sport ne sera accessible que d’ici quelques semaines.