Des végétaux pour colorer la vie

Anne-Sylvie Godeau tamise des racines de fraisiers. Une fois infusées, elles donneront un gris chaud. © Laetitia Theunis.
Anne-Sylvie Godeau tamise des racines de fraisiers. Une fois infusées, elles donneront un gris chaud. © Laetitia Theunis. - Laetitia Theunis.

Il y a neuf ans, Anne-Sylvie Godeau a décidé de mettre des couleurs dans sa vie. Aujourd’hui, cette jeune femme de 34 ans est la seule productrice de peintures artisanales aux couleurs végétales en Belgique. Un métier ancien en lien direct avec l’environnement qu’elle remet au goût du jour portée par une passion dévorante. Son amour pour le bleu indigo, une couleur très rare dans la nature, l’a également amenée à devenir l’unique cultivatrice de plantes polygonum sur notre territoire. Et en bio.

Elle nous reçoit dans le laboratoire de son projet, Lutéa, établi dans l’ancienne laiterie de la ferme du Bois Saint-Servais à Jodoigne. Sur les étagères recouvrant les murs de l’atelier, une ribambelle de pots de poudres aux couleurs de l’arc-en-ciel, de fleurs et de plantes séchées. En évidence dans l’entrée, sa jeune collection de tubes de peintures pour aquarelle s’offre au regard sur un délicat présentoir en bois. Les douze teintes végétales proposées sont fabriquées ici de A à Z. Artisanalement, selon un savoir-faire en extraction végétale du temps jadis, développé bien avant que les industries imposent leurs colorants de synthèse.

Des fleurs de cosmos cultivées en bio à la ferme sont en train de sécher dans la chaufferie. « Elles seront ensuite finement broyées avant d’être plongées dans de l’eau chaude. Le principe de base pour extraire les colorants des végétaux, c’est l’infusion de type tisane. » Mais à bien plus grande échelle que la tasse. En effet, d’un à deux kilos de plantes broyées sont plongés dans de grandes marmites de 35 litres reposant sur un trépied. En dessous, une bonbonne de gaz livre sa chaleur. Plus la plante est délicate et tendre, plus la durée d’infusion sera courte. Mais rien n’est arrêté, « il faut rester attentif à la nature des choses. La méthode s’acquiert par observation, par la pratique au quotidien », explique l’entrepreneure.

A la fin de ce processus, la couleur obtenue est soluble dans l’eau. Elle doit dès lors être transformée en pigments insolubles pour pouvoir entrer dans la composition des peintures. Pour ce faire, de l’alumine ou du fer est ajouté au bain. Résultat : la couleur se fixe à l’alumine et précipite au fond du récipient. Il n’y a plus qu’à filtrer et sécher pour obtenir un solide qui, après avoir été broyé très finement, est la poudre qui colorera les peintures. « Cette poudre végétale permet de concevoir de la peinture ultrafine à destination des artistes peintres. Ils l’incorporent à un liant pour en faire des aquarelles, de l’huile, de l’enluminure, de la décoration de finition. »

Alors que cosmos et polygonum à indigo sont cultivés en bio par ses soins, Anne-Sylvie collecte dans la nature d’autres végétaux qui lui servent de matières premières.

A la mi-août, elle se joint aux équipes de désherbage de réserves naturelles pour prélever le solidage, une mauvaise herbe invasive si précieuse à ses yeux pour le jaune. Quant aux reines-des-prés, elles sont glanées le long de la Semois et donneront du vert.

L’entrepreneure privilégie aussi la récupération des résidus agricoles. C’est le cas des racines de fraisiers (elles donnent un gris chaud), qui proviennent d’un maraîcher bio. Quant au thym, il vient du sud de la France. Après avoir été vidé de ses huiles essentielles, il prend la direction du nord pour une ultime étape : livrer ses colorants. Chaque plante est ainsi utilisée dans sa totalité. Pas de gaspillage.

On l’imagine volontiers de formation chimiste ou agronome. Mais Anne-Sylvie est licenciée en sculpture. « Tout a débuté par un livre sur les couleurs végétales qu’une amie m’a offert comme cadeau de nouvel an en 2005. L’année suivante, je partais dans le sud de la France suivre ma première formation pour acquérir ce savoir-faire ancestral et finalement en faire mon activité principale. » Depuis, la passion des couleurs végétales ne l’a plus quittée.

www.lutea.be