ESCAPADE Les carottes s'exposent A Raeren, un «micro-musée» est dédié à la plante préférée des lapins...

ESCAPADE Les carottes s'exposent À Raeren, un «micro-musée» est dédié à la plante préférée des lapins...

Il fait 1,8 m2 , est ouvert toute l'année 24 heures sur 24 et est dédié à ces ombellifères. C'est sans doute le plus petit musée de Belgique, voire d'Europe. On peut y voir toutes sortes de carottes en plastique mais aussi le nécessaire nain de jardin pourvu de son attribut à racine pivotante, la lanterne orangée à la forme de menhir qui s'allume la nuit tombée ou encore une girouette dont les points cardinaux sont indiqués par la plante potagère. Le Mö(h)ler Museum de Raeren - musée de la Carotte - fait partie de la race des ovnis touristiques dont l'histoire est tout sauf sérieuse...

Un beau soir d'été, dans un hameau de Raeren et comme chaque semaine, Madame est partie avec ses copines au bassin de natation. Contraints de jouer le baby-sitter comme ses camarades du quartier, Monsieur s'ennuie, seul, sans doute en regardant quelque navet à la télévision. Les pères «abandonnés» décident alors de rompre leur solitude et de se réunir au carrefour le plus proche. Apportant chacun leurs demi-litres de «Bitburger» et... le baby-phone, histoire de surveiller les mômes à distance. Si les clochers rassemblent les fidèles, ici c'est une ancienne cabine électrique à la forme pour le moins ecclésiatique qui fait office de point de rencontre. Chez nous, lorsque les hommes gardent les enfants, ça donne des carottes, sourit entre ses moustaches Rafaël en montrant son caleçon parsemé de petits légumes roux. Est-ce la forme phallique du légume ou les réminiscences d'un trait d'humour germanophone qui fait qu'on n'appelle pas ses copains «vieille branche» mais «auw Mör» - «vieille carotte»? Toujours est-il que les paternels du quartier de Berlotte se muent en «Nörenzuchtverein» - amateurs de carottes -, dans le plus pur style kitsch qui soit.

Après avoir rénové la cabine électrique, les Bugs Bunny du babby-sitting créent donc un musée de la Carotte, avec système d'ascenseur perpétuel, sorte de paternoster mécanique, qui fait défiler tous les objets du musée. Suivent une inscription officielle au «Moniteur» en tant que Club de la carotte, l'inauguration en présence de grosses légumes, le jumelage avec Heiligenstadt, la ville de la carotte en ex-RDA. Attention, prévient un autre rigolo de la (plate)bande, dans nos statuts il est expressément défendu de planter plus de dix carottes dans son jardin. Pour ne pas perturber le marché mondial!

Un peu fous, les habitants de Berlotte ont créé malgré eux une tradition au burlesque très germanique. A Heiligenstadt où ils ont leurs dépendances carnavalesques, ne couronne-t-on pas un Roi de la carotte en souvenir de ce riche monarque qui avait construit d'immenses enceintes pour son château mais qui, le jour de l'attaque, avait utilisé ce légume pour caler une des portes, sans prévoir que des chèvres viendraient manger les légumes? Notre Club de la carotte est un trait d'union entre les Allemands de plus en plus nombreux à Raeren et les Belges germanophones, explique le président Freddy Cremer, qui arbore fièrement un pin's... à la forme du légume préféré des incisives les plus proéminentes. Vous désirez carotter votre excursion touristique un peu fade pour rejoindre ce havre du kitsch? Il suffira de repérer les totems peuplant les jardins de Berlotte...

PHILIPPE BODEUX

Le musée de la carotte est situé sur la Kinkebahn, à Eynatten.