Assistant social et entrepreneur

Sur la scène de la maison de la culture de Namur, Alain Daniels et ses cinq ouvriers brandissent fièrement leur coupe. Mardi soir, ils ont reçu l’Alfer de l’entreprise responsable. Un prix « économique », décerné pour la 24e fois par la Province de Namur, même si cela ne fait que quelques années qu’il est symbolisé par un alfer, du nom de ces jongleurs de drapeaux qui font partie du folklore namurois depuis le XVIe siècle. Une véritable reconnaissance pour Renov(Eco) créée en 2007 et qui mène de front un objectif social et environnemental.

« Auparavant, je travaillais comme assistant social dans un organisme de formation par le travail. J’étais chargé d’aider des personnes peu qualifiées à s’insérer dans le milieu professionnel, explique Alain Daniels, fondateur et directeur de Renov(Eco). Mais souvent, je restais sur ma faim, je voulais aller plus loin avec ces personnes. J’ai alors décidé de créer ma propre entreprise dans laquelle j’engage des personnes qu’un autre employeur n’emploierait pas. »

Le créneau choisi ? La rénovation et le rafraîchissement de bâtiments en privilégiant des matériaux et des techniques respectueux de l’environnement. Peinture, recouvrement de sols et de murs font partie de ces petits travaux effectués par l’équipe de Renov(Eco). « J’avais déjà quelques connaissances dans ce domaine puis j’ai suivi des formations. Je peux donc désormais former et accompagner les ouvriers », poursuit Alain Daniels. Des ouvriers qui, au moment de leur engagement, ont des compétences limitées et n’ont, bien souvent, aucun diplôme. Mais sous l’aile d’Alain Daniels et encadrés par un accompagnateur social, ils acquièrent progressivement un savoir-faire. Dernièrement, ils ont ainsi participé à la création de la crèche « Les P’tits Colaus » en rénovant les bâtiments paroissiaux situés sur le plateau d’Hastedon, à Saint-Servais.

En deux ans, le nombre de chantiers n’a cessé d’augmenter. « La demande en aménagement en écoconstruction est de plus en plus importante. Désormais, nous menons jusqu’à trois chantiers simultanément. On pourrait passer à quatre mais il faudrait agrandir l’équipe qui compte actuellement 6,5 équivalents temps pleins. Ce devrait être le cas prochainement. » Avec l’argent obtenu grâce à l’Alfer et à un subside octroyé par la Région wallonne, Alain Daniels va pousser son équipe encore plus loin en lui proposant des formations pointues sur les techniques d’isolation durables. Renov(Eco) a de l’avenir.