Vélo : feu vert pour franchir le feu rouge

<P>Le cycliste ne pourra passer au rouge que sous conditions : seulement s’il y a un panneau ad hoc et en cédant le passage aux piétons. <CREDIT>© bruno d’alimonte.</CREDIT> </P>

Le cycliste ne pourra passer au rouge que sous conditions : seulement s’il y a un panneau ad hoc et en cédant le passage aux piétons. © bruno d’alimonte.

- LESOIR

A défaut que les critiques soient éteintes, le flou juridique entourant le « tourne à droite » pour les cyclistes est définitivement levé. Le Moniteur de ce lundi a publié la loi autorisant définitivement les vélos à franchir le feu rouge pour tourner à droite ou pour poursuivre en droite ligne s’ils se trouvent sur la branche supérieure d’un carrefour en « T ». Cette possibilité est cependant subordonnée à la présence d’un panneau spécifique (B22 ou B23) et au fait que le cycliste cède la priorité aux usagers qui traversent sur le passage protégé. C’est d’ailleurs explicitement précisé sur un panneau additionnel.

L’introduction de cette nouveauté en Belgique (elle existe déjà dans d’autres pays européens) avait provoqué une montée d’adrénaline entre le secrétaire d’Etat fédéral à la Mobilité, Melchior Wathelet (CDH), clairement opposé à l’idée, et son homologue bruxellois Bruno De Lille (Groen). Ce dernier n’avait en effet pas attendu la modification du code de la route qui continuait à donner au feu rouge la suprématie sur tout autre signal routier relatif à la priorité.

Dix carrefours ont été choisis pour expérimenter le « tourne à droite » dans la capitale. Ils ont été disposés sur des grandes artères (rue de la Loi, boulevard du Jardin botanique, boulevard du Midi…). Ce projet pilote doit se poursuivre jusqu’à la fin septembre. Ce n’est qu’après analyse qu’on en envisagera la poursuite ou l’extension. « C’est une mesure très pratique et qui a du sens, estime Bernard Dehaye, responsable de la section bruxelloise du Gracq, les cyclistes quotidiens. Mais il faut bien insister : le cycliste doit s’arrêter pour laisser passer les piétons qui traversent la rue ».

Du côté wallon, aucune ville ne s’est encore décidée à franchir le pas. En Flandre, l’association des cyclistes a lancé un appel aux autorités communales afin qu’elles suivent Bruxelles dans son initiative.