Catherine De Bolle est la nouvelle chef de la police fédérale

Rédaction en ligne

vendredi 10 février 2012, 17:58

Le conseil des ministres a approuvé à l’unanimité la désignation de Catherine De Bolle au poste de commissaire générale de la police fédérale, sur proposition des ministres de l’Intérieur, Joëlle Milquet, et de la Justice, Annemie Turtelboom.

Catherine De Bolle est la nouvelle chef de la police fédérale

©Belga

Catherine De Bolle succédera le 1er mars prochain au commissaire divisionnaire Paul Van Thielen qui avait pris la direction, ad interim, de la police fédérale en mars 2011.

Un appel à candidature avait été lancé en juillet dernier, suscitant dix candidatures. En novembre, la commission de sélection a rendu une proposition motivée plaçant Catherine De Bolle à la première place. Quatre candidats parmi les dix ont été jugés inaptes. L’un d’entre eux a intenté un recours devant le Conseil d’Etat, qui doit rendre une décision en procédure ordinaire, après avoir déjà décidé de ne pas suspendre la procédure de désignation.

Née en 1970, Catherine De Bolle est mariée et mère de 3 enfants. Après une carrière dans la gendarmerie et la police fédérale, elle est devenue l’une des premières femmes à devenir chef de corps, à la police locale de Ninove. Elle a ensuite gravi les échelons de la hiérarchie, pour devenir commissaire divisionnaire en 2005.

A la tête de la police fédérale, Mme De Bolle sera chargée de veiller à l’application de la politique policière définie par les ministres de l’Intérieur et de la Justice. « L’un des projets prioritaires de la législature sera de finaliser la seconde étape de la réforme des polices », selon un communiqué diffusé par les deux ministres.

Mme De Bolle « élaborera notamment des propositions concrètes pour améliorer le système d’enregistrement et d’échanges d’informations, se recentrer sur les tâches essentielles et elle présentera également une proposition de réorganisation afin que la structure réponde mieux aux attentes, optimalise les moyens et tienne compte des implications de la réforme de la justice sur la police fédérale ».

Elle devra aussi « donner un nouvel élan à la police fédérale, de développer un plan de personnel pluriannuel (sur la base des études ‘Vitrivius’ et ‘Persepolis’ relatives à l’impact des départs importants de personnel sur l’évolution des effectifs au cours des prochaines années) et promouvoir davantage le fonctionnement intégré de la police et la présence sur le terrain ».

Belga