Pensions : « Ces mesures doivent impérativement être prises »

GIL DURAND

mardi 14 février 2012, 18:17

Di Rupo a présenté la réforme des Pensions en insistant sur sa nécessité : « Chaque travailleur doit contribuer un peu plus longtemps au financement de notre sécurité sociale ».

Pensions : « Ces mesures doivent impérativement être prises »

©belga

Après avoir reçu les partenaires sociaux (groupe des dix) ce matin, le Premier ministre Elio Di Rupo et le gouvernement ont présenté officiellement les réformes des pensions et de l’emploi.

Les grandes lignes de la réforme des Pensions selon Di Rupo

– L’âge de la pension légale reste maintenu à 65 ans. On ne touche donc pas à l’âge légal de la pension ;

– On ne touche pas aux revenus des 2 millions de pensionnés qui continueront bien sûr à bénéficier d’une pension adaptée au coût de la vie ;

– Chaque personne de 50 à 60 ans qui travaille actuellement dans le secteur privé sera progressivement amenée à retarder de 2 ans la prise de la pension anticipée.

Dans son allocution, Elio Di Rupo insisté sur la nécessité des réformes. « Les chiffres parlent d’eux-mêmes », a-t-il constaté.« C’est une évidence et une question de bon sens : des mesures doivent impérativement être prises pour faire en sorte que, progressivement, chaque personne qui a entre 50 et 60 ans travaille plus longtemps qu’aujourd’hui ».

« Il faut augmenter le taux d’emploi »

« Chaque travailleur doit contribuer un peu plus longtemps au financement de notre sécurité sociale », a-t-il prévenu. « Sans cela, les jeunes d’aujourd’hui vont devoir payer des sommes considérables pour pouvoir financer les pensions des pensionnés. Ou alors la sécurité sociale sera considérablement dégradée pour tous les citoyens. »

« Cette réforme est nécessaire pour augmenter le taux d’emploi et pour là aussi garantir le financement durable de notre système social », a conclu le Premier ministre.

Les discussions se poursuivent pour le secteur public

La réforme présentée mardi ne touche que le secteur privé. Les pensions du secteur public doivent encore faire l’objet d’une concertation avec les partenaires sociaux.