L’alcoolisme coûte 553,2 millions à l’Etat

HUGUES DORZEE

jeudi 16 février 2012, 08:19

Les drogues légales (alcool, tabac) et illégales ont un coût pour les pouvoirs publics : près d’un milliard par an (975.085.793 euros exactement).

L’alcoolisme coûte 553,2 millions à l’Etat

Le Soir

Une étude menée par Belspo et l’Université de Gand en 2008 démontre que les drogues légales et illégales coûtent près d’un milliard par an aux pouvoirs publics, dont plus de la moitié pour l’alcoolisme.

Près des trois quarts des dépenses (76,5 %) sont destinées à l’assistance des personnes (traitements, hospitalisation…) ; 21,6 % à la sécurité (détection des drogues, poursuites, exécution de la peine…) ; 1,24 % à la prévention ; 0,24 % à la réduction des risques, etc. Au total, cela représente une dépense moyenne par an et par habitant de 91,41 euros.

La prise d’une drogue nécessite nettement plus de moyens que toutes les autres : c’est la dépendance à l’alcool (553,2 millions d’euros, soit 57,4 % du budget général). « L’alcool entraîne un coût élevé pour la société ».

Les auteurs de l’étude ont par ailleurs comparé les chiffres de 2008 à ceux de 2004 en ce qui concerne les seules drogues illégales (cannabis, héroïne, cocaïne…). Que constate-t-on ? Le budget général a quelque peu augmenté (de 330,7 à 392,1 millions d’euros, indexation comprise). Par contre, le volet prévention a nettement baissé (– 7,18 %). Ces subventions étant, pour l’essentiel, assurées par les Régions et Communautés.

Répression : dix fois plus

A l’inverse, les dépenses publiques consacrées à la sécurité sont passées de 186 à 243 millions. Pour des raisons diverses : une hausse des faits liés aux « stupéfiants » (5.439 en 2004, 7.345 en 2008) ; davantage de dossiers dans les parquets et tribunaux ; plus de détenus, etc.

Il n’empêche : en Belgique, les dépenses liées à la répression (au sens large) sont dix fois plus élevées que celles destinées à la prévention…

Les chercheurs ont également fait la comparaison avec d’autres pays en croisant les dépenses par habitant et le Produit intérieur brut (PIB). En Belgique, cela représente 27,78 euros par citoyen. C’est plus que la France (15,04), mais nettement moins que le Luxembourg (77), la Suède (56), l’Allemagne (62) ou encore les Pays-Bas (106).

L’étude avance plusieurs recommandations : plus de statistiques, une étude sur le « coût social » de la toxicomanie ; plus de moyens pour la prévention et une politique des drogues moins éclatée.