Procès du vitrioleur : la victime témoigne

Rédaction en ligne

vendredi 16 mars 2012, 18:41

Patricia Lefranc, 46 ans, a raconté, vendredi, qu’elle avait commencé à remarquer que Richard Remes, 57 ans, n’était pas « net ».

Procès du vitrioleur : la victime témoigne

© Belga

Richard Remes est accusé, devant la cour d’assises de Bruxelles, de tentative d’assassinat à l’acide sulfurique (vitriol) sur Patricia Lefranc, en décembre 2009.

« Nous avions entamé une relation en janvier 2009 », a raconté la victime du vitrioleur, vendredi. « Ce n’est qu’à la 2e ou 3e sortie qu’il m’avait avoué qu’il était marié », a-t-elle poursuivi.

« Je n’étais pas enchantée bien sûr, mais ça faisait un moment que j’étais seule. J’avais besoin de rencontrer quelqu’un. Je m’étais rendu compte également que sa femme avait plutôt l’air d’être une mère ou une grand-mère pour lui », a témoigné Patricia Lefranc.

« Puis il a commencé à m’envoyer 20 à 30 SMS par jour. C’était étouffant », a poursuivi la victime qui a gardé de graves séquelles physiques de son agression.

Patricia Lefranc a également évoqué le fait que certains de ses proches avaient vu Richard Remes se balader, vêtu d’un T-shirt avec une photo d’elle et la mention « je l’aime ». « Ce n’était pas net du tout », a-t-elle dit.

Elle s’était également rendu compte que son amant était inscrit sur des sites de rencontres, notamment homosexuelles.

En outre, lors de vacances en Egypte, l’accusé avait pris des photos de toutes les parties du corps de Patricia mais aussi d’autres femmes.

(Belga)