Encore 24 milliards à trouver d’ici 2015

BERNARD DEMONTY

mardi 03 avril 2012, 11:44

Des économies astronomiques devront être réalisées d’ici à 2015 pour retrouver l’équilibre budgétaire, selon le Conseil supérieur des finances. A 11h02 : « Economiser, oui, mais il faut aussi penser à la relance »

Encore 24 milliards à trouver d’ici 2015

DR

L’austérité, ce n’est pas fini. Ce mardi, le Conseil supérieur des finances va remettre un rapport délicat au gouvernement. Il recommande un nouvel effort historique.

Plus d'informations dans Le Soir

Notre dossier dans Le Soir en pdf

Il chiffre les économies que le pays doit encore réaliser pour atteindre l’équilibre d’ici à 2015. La Belgique a déjà économisé 13 milliards en 2012. Et, selon le rapport, l’an prochain, il faudra trouver 1,2 % du produit intérieur brut, soit 5 milliards d’euros supplémentaires (au PIB actuel de 380 milliards d’euros). L’année suivante, en 2014, la facture s’élèvera à 2,1 % du produit intérieur brut, soit 8 milliards d’euros environ au PIB actuel. Et en 2015, l’effort plafonnera à 2,9 % du produit intérieur brut, soit 11 milliards.

Des montants gigantesques. A relativiser un peu quand même. Car si le gouvernement prend des mesures récurrentes, dont les effets sont renouvelés chaque année (comme des taxes ou des réductions de dépenses publiques), l’effort de l’année précédente comptera pour la suivante. Ainsi, par exemple, les 5 milliards trouvés en 2013 seront déjà acquis en 2014. Il restera alors trois milliards à trouver cette année-là. Ceci suppose que le gouvernement, dans ses futurs assainissements, ne prenne pas de mesures dites « one shot », comme des ventes de bâtiments publics, car ces mesures ne peuvent, par nature, être réalisées qu’une fois et ne rapportent plus rien l’année suivante.

Ces montants sont évidemment astronomiques. Ils le sont d’autant plus qu’ils s’ajoutent aux 13 milliards d’euros déjà économisés par le gouvernement Di Rupo juste après son investiture. Le gouvernement a alors déjà pris des mesures fiscales (hausse de précompte mobilier, taxation des voitures de sociétés) et non fiscales (baisse de dépenses publiques). Ajouter encore à cela les efforts des années à venir sera douloureux pour la population et politiquement explosif.