Antoine a-t-il « arrangé » les chiffres du budget wallon ?

PASCAL LORENT

vendredi 13 avril 2012, 08:38

André Antoine a bloqué certaines factures et les a reportées à l'exercice budgétaire 2012. Le Ministre du Budget nie toute entorse au règlement mais une lettre de ce dernier tend à prouver le contraire.

Antoine a-t-il « arrangé » les chiffres du budget wallon ?

André Antoine, © Le Soir (René Breny)

Les résultats comptables affichés au terme de 2011 par André Antoine (CDH), sont-ils biaisés ? La question a clairement été posée par Willy Borsus (MR) au ministre wallon du Budget. Dans une question écrite du 27 janvier, le député s'inquiète d'une « descente » de membres du cabinet Antoine à l'administration régionale (la direction du Budget) afin d'y bloquer toutes les ordonnances de paiement et de « faire le tri » entre les factures à honorer sur-le-champ et celles à reporter à l'exercice suivant.

L'objectif poursuivi serait de reporter certains paiements afin de présenter un solde budgétaire de fin d'année plus favorable, avec un déficit moins important qu'annoncé, soupçonne Willy Borsus. Combien de factures ont été reportées ? Est-il courant qu'une délégation du cabinet se rende à l'administration pour une telle opération ? Ces questions du député n'ont pas encore reçu de réponse du ministre. Interrogé par l'Agence Belga, le ministre s'est défendu de toute entorse aux règles budgétaires. Le 30 décembre 2011 à 13h28, constatant qu'il était impossible techniquement de réaliser tous les paiements, le ministre a ordonné leur blocage. Les autres ministres étaient au courant de la situation, dit André Antoine. « Cela s'est toujours passé comme cela », a-t-il ajouté. Contacté par nos soins, le ministre ajoute qu'il s'agissait d'éviter les dépenses de dernières minutes dont la seule fin est d'épuiser certains crédits disponibles, de crainte d'en recevoir moins l'année suivante. « On n'a plus les moyens de vivre comme cela », ajoute le ministre.

Un document que Le Soir a reçu, vient contredire cette explication. Le 7 décembre, André Antoine a adressé une note au directeur général de la Direction Budget. Il demandait à Francis Mossay « de prendre toutes les dispositions utiles » pour que les ordonnancements de paiement ne soient plus exécutés. En cas de non-respect de l'injonction, il signalait au destinataire qu'il serait « tenu personnellement responsable ». La signature s'accompagnait d'une note manuscrite : « A respecter au pied de la lettre ».

Le ministre explique que cette note, d'ordre général, visait le même but : éviter ces ultimes dépenses discutables. Et si cela rend le compte wallon plus « beau » que nature aux yeux des observateurs (fédéraux, européens, financiers), tant mieux.