L’insécurité sur le rail à l’origine de la grève

Rédaction en ligne

lundi 14 mai 2012, 13:43

Les conducteurs de train sont partis en grève spontanée ce matin pour manifester leur émotion face au constat d’insécurité mis en lumière par l’accident survenu vendredi à Godinne.

L’insécurité sur le rail à l’origine de la grève

La grève sauvage du Syndicat Autonome des Conducteurs de Train (SACT) a entraîné la suppression d’une soixantaine de trains des dépôts de Jemelle, Arlon, Namur, Gouvy, Welkenraedt, Bertrix

Des milliers de navetteurs ont été touchés par cette action, principalement sur les lignes Arlon-Bruxelles Midi, Welkenraedt-Ostende, Gouvy-Bruxelles, Jemelle-Liers, Jemelle-Arlon et Jemelle-Namur.

Les perturbations ont pris fin aux alentours de 10h00, a-t-on constaté sur le site www.railtime.be.

Grève à la suite de l’accident de Godinne

Les conducteurs de train ont manifesté leur émotion face au constat d’insécurité mis en lumière par l’accident survenu vendredi à Godinne, a indiqué lundi dans un communiqué le Syndicat Autonome des Conducteurs de Train (SACT). « Cet accident nous rappelle à quel point la sécurité sur le rail est loin d’être optimale, tant pour les usagers que pour les cheminots. Un des conducteurs doit la vie à un véritable miracle, il n’y a pas d’autre mot », indique le syndicat qui a soutenu l’action. Le SACT constate également que des problèmes de signalisation se sont produits sur cette ligne les jours précédents.

La SNCB « condamne »

« Ce genre d’action ne respecte pas les accords sociaux. La SNCB met tout en oeuvre pour restaurer une circulation normale de ses trains et présente ses excuses aux navetteurs pour les désagréments causés par cette action », indique-t-elle dans un communiqué.

Charles Michel : « Ras-le-bol des grèves sauvages »

« Ras-le-bol des grèves sauvages, il est temps d’instaurer le service minimum », a déclaré le président du MR. « C’est une fois encore les navetteurs, les écoliers et les étudiants qui sont pris en otage par une action syndicale sauvage dont on ne connaît même pas la motivation. C’est totalement inacceptable. Personne n’a le droit de s’accaparer un bien public et d’en priver les usagers. » Charles Michel souhaite relancer le débat sur le service minimum impliquant la desserte minimale des lignes aux heures de pointe. Le service minimum implique la desserte minimale des lignes aux heures de pointe.

Un service minimum négocié pour Lutgen

« C’est inacceptable », a dit le président du CDH sur Bel RTL, ajoutant qu’on peut réfléchir à un service minimum mais que cela doit être négocié avec les organisations syndicales.

Magnette rappelle l’importance du dialogue

« Il est inacceptable de prendre les usagers en otage. Ce syndicat doit respecter les mécanismes et les règles de concertation prévoyant notamment un préavis de grève », a réagi le ministre des Entreprises publiques Paul Magnette (PS).

Préavis de grève pour le 9 mai

Par ailleurs, le Syndicat Autonome des Conducteurs de Train (SACT) précise qu’un préavis de grève a été déposé en date du 9 mai, concernant la mise en application de tests psychotechniques pour conducteurs de train dans le cadre de délivrance des licences de conduite européennes. La concertation est actuellement en cours avec, notamment, la SNCB.

(CLDD, avec belga)