Electrabel confirme vouloir fermer deux centrales

Rédaction en ligne

jeudi 24 mai 2012, 21:10

La direction d’Electrabel a confirmé son intention de fermer deux centrales, à Ruien et aux Awirs (Flémalle), près de Liège.

Electrabel confirme vouloir fermer deux centrales

©Belga

Aucune autre centrale n’est toutefois menacée de fermeture, a déclaré jeudi aux syndicats, Sophie Dutordoir, l’administrateur directeur général de la filiale belge du groupe GDF Suez, selon Jan Van Wijngaerden du syndicat socialiste Gazelco. Une réunion de concertation s’est tenue ce jeudi entre syndicats et direction après l’annonce de la fermeture des deux centrales électriques.

« Jusqu’à aujourd’hui, la direction continue à tout expliquer en des termes généraux », explique Jan Van Wijngaerden. Les syndicats ont demandé des précisions chiffrées sur la situation de chaque centrale, mais ils ne les ont pas encore reçues. « On nous parle d’un problème de rentabilité influencé par les prix des matières premières et par les certificats verts ». Les syndicats ont toutefois été informés jeudi qu’il n’y avait pas de problème de rentabilité à Drogenbos.

Une nouvelle réunion est prévue vendredi 1er juin.

Vendredi matin, le personnel sera informé. « Les gens sont bien sûr inquiets », surtout par rapport aux grandes distances qu’ils devront parcourir en cas d’un éventuel reclassement dans une autre centrale.

« Où va-t-on reclasser 130 personnes ? Cela ne sera en principe pas dans le voisinage de leur lieu de travail actuel », poursuit le syndicaliste.

Le syndicat socialiste demande par ailleurs au gouvernement de présenter rapidement son plan d’approvisionnement énergétique. « Car Electrabel a déclaré que si le climat général d’investissement s’améliore, il est prêt à faire les investissements nécessaires en Belgique. Sophie Dutordoir a été catégorique à ce sujet », indique encore Jan Van Wijngaerden.

Belga