Une volonté commune de mettre en place des parcours d’intégration

Rédaction en ligne

dimanche 03 juin 2012, 16:56

L’ensemble des partis francophones affichent leur volonté de mettre en place des parcours d’intégration, une politique prévue par les accords de gouvernements en 2009 qu’il reste à mettre en œuvre. Reste à savoir s’ils seront ou non obligatoire.

Une volonté commune de mettre en place des parcours d’intégration

©Belga

Dans l’opposition en Régions et en Communauté, le MR se démarque de l’Olivier en revendiquant le caractère obligatoire des parcours d’intégration.

Le président du MR Charles Michel a indiqué dimanche sur La Une (RTBF) qu’il écrira « dès demain » à l’ensemble des présidents d’assemblées francophones, « tous de gauche », afin qu’ils mettent à l’ordre du jour les propositions que les réformateurs proposent depuis dix ans pour favoriser l’insertion des étrangers en Belgique.

Mis en œuvre dans plusieurs pays européens et au-delà, les parcours d’insertion existent depuis huit ans en Flandre, et même plus, si on tient compte des quelques années de tentatives expérimentales.

Se présentant pour la première fois à un électorat bruxellois, l’ancien président du MR Didier Reynders a relancé cette semaine le débat sur l’intégration en estimant sur Bel RTL que dans certains endroits les politiques d’intégration étaient un échec et que des ghettos s’étaient développés.

Les représentants des différents partis politiques francophones ont abordé la question de l’intégration dans les débats télévisés dominicaux sur la RTBF et RTL-TVI.

(D’après Belga)