Beekkant : l’homme qui a poignardé les policiers ne demandera pas sa libération

Rédaction en ligne

mardi 12 juin 2012, 17:27

Brahim Bahrir, le Français qui s’en est pris à deux policiers à la station Beekkant veut en assumer la responsabilité. Il ne demandera pas sa libération mercredi, a affirmé son avocate.

Beekkant : l’homme qui a poignardé les policiers ne demandera pas sa libération

© Belga

Le Français Brahim Bahrir, âgé de 34 ans, qui a poignardé vendredi soir deux policiers à la station de métro Beekkant, à Molenbeek, veut assumer la responsabilité de son acte et ne demandera pas sa libération devant la chambre du conseil mercredi matin, déclare son avocat Jean-Paul Docquir.

Me Docquir justifie « cet acte fou commis par un esprit saint » par le fait que son client connaissait un passage à vide dans sa vie. Il aurait perdu son travail à la SNCF et sa femme l’aurait quitté avec ses quatre enfants. Brahim Bahrir se serait alors tourné vers la spiritualité. Il aurait parcourru les databases des mouvements musulmans, mais aussi extrémistes, et se serait fait prendre dans ce tourbillon, explique l’avocat.

« Il réalise avoir commis l’irréparable »

Ce dernier confirme que Brahim Bahrir a quitté son lieu de résidence dans le nord de la France pour commettre un acte désespéré visant à se faire abattre. Il aurait eu en main au moment des faits un article du journal la Dernière Heure qui faisait état de la proposition du Vlaams Belang d’offrir 250 euros à toute personne qui dénoncerait une femme portant une burqa.

Cependant, Me Docquir avance que son client réalise avoir commis l’irréparable, émet des regrets et se dit inquiet de l’état de santé de la policière plus grièvement blessée.

(avec Belga)