Sécurité : les propositions « concrètes » du PS

Rédaction en ligne

jeudi 14 juin 2012, 14:43

Pour le président du PS, Thierry Giet, « certains hurlent aux loups », faisant allusion au plan Vigipirate à la Belge, proposé par Vincent De Wolf. Voici donc les propositions socialistes.

Sécurité : les propositions « concrètes » du PS

Belga

Six bourgmestres PS ont présenté avec le président du parti, Thierry Giet, leurs priorités en matière de sécurité, à la veille d’un sommet qu’organise le Premier ministre Elio Di Rupo avec les ministres de la Justice et de l’Intérieur ainsi que les représentants des communes du royaume.

Des « propositions concrètes » formulées au regard du travail fourni « au quotidien » par les 111 bourgmestres socialistes, loin des « slogans » affichés par certains qui « hurlent au loup », a indiqué Thierry Giet en évoquant la proposition de l’un des chefs de file du MR bruxellois Vincent De Wolf qui a appelé à la mise en place d’un plan Vigipirate à la Belge.

« L’ensemble de nos mandataires locaux sont confrontés au quotidien à la réalité de la délinquance. La tolérance zéro c’est du bluff si ni la justice ni les services de police ne peuvent suivre, sauf à vouloir d’une société où seuls les plus favorisés auront les moyens de se protéger » ont communiqué en coeur les bourgmestres PS.

Il importe de garantir à chaque citoyen « une vie en sécurité », sur le plan social mais aussi « physique », a indiqué le sénateur-bourgmestre de Molenbeek, Philippe Moureaux, insistant sur les volets préventif et répressif et rejetant tout catastrophisme mais également tout angélisme.

Beaucoup a été fait pour la police mais il reste à corriger le financement à l’échelon local, a dit le bourgmestre de La Louvière, Jacques Gobert, dans l’attente d’une « stabilisation du fonds de la sécurité routière ». Ses collègues de Mons et de Charleroi, Marc Barvais et Eric Massin, ont regretté que dans leurs villes les dotations à la police atteignaient jusqu’au double de celle allouée au CPAS, une situation intenable sur le plan social.

Amélioration des sanctions administratives, recrutement de policiers en phase avec la sociologie de terrain, élimination des lourdeurs de fonctionnement et pérennisation des projets de cohésion sociale sont autant de priorités que le PS entend voir mises à l’agenda, à côté du déploiement de gardiens de la paix supplémentaires.

Au-delà, une série de demandes concernent directement la Justice, une pierre dans le jardin de la ministre Annemie Turtelboom. « Dans la région montoise, 80 % des dossiers de police sont classés sans suite », a souligné Marc Barvais. « Il faut renforcer les Parquets et la magistrature », a renchéri le bourgmestre de Bruxelles, Freddy Thielemans. « Tout acte d’agression ou d’incivilité doit être sanctionné sous peine de voir se développer l’impunité », a commenté Philippe Moureaux.

Tout cela demande notamment des moyens que le gouvernement fédéral s’efforce de trouver, a fait observer Thierry Giet. Il y a donc « une incohérence à avoir des exigences qui demandent tellement de déploiement et d’effort budgétaire et puis le moment venu, venir dire qu’il faut comprimer les dépenses », a-t-il conclu en visant les libéraux.

(avec Belga)