La Belgique embouteillée : « Pas de solution miracle »

Rédaction en ligne

jeudi 21 juin 2012, 11:32

Une étude américaine le révèle : les bouchons sont plus importants en Belgique que dans les autres pays d'Europe. Pour la ministre flamande de la Mobilité, il faut « continuer à investir dans le réseau routier ».

La Belgique embouteillée : « Pas de solution miracle »

©belga

Les automobilistes perdent le plus de temps dans les embouteillages en Belgique que dans les autres pays d'Europe et en Amérique du Nord. C'est une étude américaine qui le révèle : les bouchons à Bruxelles et Anvers sont plus importants qu'à New York, Paris ou Londres. Il n'y a qu'à Milan que les problèmes de trafic sont plus aigus.

Interrogée sur le sujet sur Radio 1, Hilde Crevits, la ministre flamande de la Mobilité, a reconnu qu'elle n'était pas surprise par ce constat. Pour elle, les causes sont connues mais « il n'y a pas de solution miracle ». « Il est important de continuer à investir partout où c'est nécessaire et possible », a-t-elle estimé.

Les villes les plus touchées en Belgique sont celles de Bruxelles et d'Anvers. On y perd en moyenne, sur base annuelle, respectivement 72 et 71 heures dans la circulation. Gand, Charleroi et Liège complètent le Top 5 des villes belges où il y a le plus de ralentissements.

La ministre pointe plusieurs causes, principalement en Flandre :

– « Tout d'abord nous nous déplaçons beaucoup en voiture, même pour de courtes distances » ;

– « Le réseau routier pose problème car le moindre accident entraîne d'énormes embouteillages, nous n'avons pas d'alternatives » ;

– « Il y a beaucoup de chantiers en cours - et je suis responsable pour cela ».

Sa conclusion : « Il faut continuer à investir, dans les routes, d'abord, mais également dans les transports publics et dans la sécurisation des routes – pour éviter les accidents qui perturbent le trafic ».

G.D