Nucléaire: Vande Lanotte ne veut pas courir le risque du black-out

Rédaction en ligne

mercredi 04 juillet 2012, 11:02

Alors qu'Ecolo a vertement critiqué le plan de prolongement de 10 ans de la centrale nucléaire de Tihange, le ministre de l'Economie Johan Vande Lanotte se veut constructif : « Il s'agit du premier plan de sortie nucléaire depuis 2003 ».

Nucléaire: Vande Lanotte ne veut pas courir le risque du black-out

Les principaux ministres du gouvernement fédéral sont arrivés mercredi matin au 16 rue de la Loi pour participer à une réunion du Comité de concertation avant la tenue d'un Comité ministériel restreint sur le plan Energie du secrétaire d'Etat Melchior Wathelet. Alors qu'au sp.a, certains ont descendu en flèche ce plan qui prévoit le prolongement du réacteur de Tihange 1 jusqu'en 2025, le vice-premier ministre Johan Vande Lanotte s'est voulu constructif.

« Il s'agit du premier plan concret organisant la sortie du nucléaire » depuis la loi de 2003, a fait observer le chef de file sp.a. Six des sept réacteurs seront fermés conformément à la loi, a-t-il poursuivi. Le plan prévoit une prolongation de dix ans de Tihange 1. Il faudra en discuter sur base non seulement des rapports de la CREG et de l'administration mais également d'Elia, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, selon qui une fermeture totale des centrales nucléaires pourrait entraîner un « black-out », a indiqué M. Vande Lanotte. « Je ne veux courir aucun risque », a-t-il dit.

Le vice-premier sp.a est d'avis que dans l'hypothèse de la prolongation de Tihange 1, il faudra veiller à protéger le consommateur, notamment en mettant à disposition le réacteur de manière à baisser les prix. A cet égard, le plan de Melchior Wathelet apparaît « limité », a dit Johan Vande Lanote.