Charleroi : « Nous ne voulons pas prendre les vacanciers en otage »

Rédaction en ligne

mercredi 18 juillet 2012, 10:59

La grève du zèle des policiers fédéraux n’a pas entraîné de fortes perturbations ce matin. Mais la situation pourrait se compliquer cet après-midi et ce soir.

Charleroi : « Nous ne voulons pas prendre les vacanciers en otage »

DR

« Nous ne voulons pas prendre les passagers en otage, en ces périodes de vacances », déclare Jérôme Aoust, délégué permanent du syndicat national du personnel de police (SNPS), qui parle de journée de sensibilisation ce mercredi.

Les files aux contrôles risquent néanmoins de s’allonger cet après-midi et ce soir. Entre 13 et 15 heures, quatre vols vers des destinations hors Schengen devraient demander davantage de travail, et seuls la moitié des box de contrôle ont été ouverts. Enfin, sept vols atterriront en une heure trente de temps ce soir.

Le SNPS a prévu des arrêts de travail sporadiques, de 45 minutes à 1h, jusqu’au 31 août. Selon le syndicat, les tâches de contrôle et de surveillance réclameraient des équipes composées d’au moins 77 agents alors que 61 seulement sont affectés aujourd’hui sur le site.

« Quand 600 passagers attendent, on sent la pression, déclare encore Jérôme Aoust. On veut faire voir que si on était aussi regardant que ce qu’on devrait l’être, il y aurait un vrai problème. »

À la suite de l’échec des négociations avec les responsables de la police fédérale, le SNPS avait décidé lundi de maintenir son préavis et d’entamer dès mercredi des actions consistant à ralentir les contrôles d’accès à l’espace Schengen, dont les policiers fédéraux sont notamment chargés.

Martin Cangelosi (St.)