Meurtre d'un homosexuel à Liège : le suspect est en aveu

Rédaction en ligne

mercredi 25 juillet 2012, 12:27

Le parc d'Avroy a été témoin de l'assassinat d'un sexagénaire la nuit dernière. L'auteur présumé, Raphaël Wargnies, était déjà connu des services de police.

Meurtre d'un homosexuel à Liège : le suspect est en aveu

Le Soir – Michel Tonneau – Le parc d’Avroy

Un sexagénaire homosexuel a été tué dans la nuit de mardi à mercredi dans le parc d'Avroy, à Liège. L'auteur présumé des faits, un habitant de Malmedy, Raphaël Wargnies, âgé de 35 ans, a été interpellé en fin de nuit. Il a déclaré avoir agi par vengeance et a expliqué avoir été violé alors qu'il était plus jeune par un homosexuel.

Les faits

Peu après deux heures du matin, l'habitant de Malmedy est entré dans le parc d'Avroy et s'est rendu près de l'étang, un endroit fréquenté par les homosexuels la nuit.

Là, il a été abordé par un homosexuel qui lui a proposé une fellation. Le trentenaire a alors empoigné un marteau qu'il portait à la ceinture et a roué de coups le sexagénaire, qui s'est écroulé sur le sol. La victime a notamment été touchée au niveau de la tête.

L'auteur des faits a ensuite pris la fuite. Quelques instants plus tard, un passant a découvert la victime inconsciente. Cette dernière perdait une importante quantité de sang.

Le service 100 a envoyé un véhicule médicalisé sur place. Les secours ont tenté de réanimer le blessé, en vain. La victime est décédée sur place moins de 20 minutes après l'agression. Son corps est actuellement à l'autopsie.

Le parquet de Liège a été saisi.

Le suspect auditionné

Vers 3h00 du matin, la police de Liège a été contactée par téléphone par un Liégeois qui a expliqué qu'un de ses amis venait d'arriver chez lui et lui avait avoué qu'il venait de commettre une « grosse bêtise ». L'ami en question n'était autre que l'habitant de Malmedy, qui a été appréhendé sans difficulté et ramené à l'hôtel de police.

Lors de son arrestation, l'auteur présumé de l'agression a avoué son geste. Il a, dans un premier temps, refusé les services d'un avocat avant de revenir sur sa décision.

Raphaël Wargnies est connu des services de police pour avoir détruit à la hache la porte du Palais de justice de Verviers pour y récupérer des documents. En 1998, il avait été victime d'une tentative de meurtre par son père, mis à bout par son fils qui le harcelait pour avoir toujours plus d'argent.

Circonstance aggravante ?

Dès l'année prochaine, un durcissement des peines à l'égard des auteurs d'agressions homophobes sera effectif. Concrètement, la peine passe de 20 ans maximum à la perpétuité ; pour les coups et blessures, elle passe de 5 ans maximum aujourd'hui à 30 ans désormais.

Mais, à l'heure actuelle, il est impossible de dire si la circonstance aggravante de crime homophobe sera retenue. Ni même si les faits seront qualifiés de meurtre avec préméditation ou de coups et blessures ayant entraîné la mort. Le suspect est toujours auditionné par la police.

Un plan d'actions spécifiques

Comme il s'y était engagé après l'assassinat d'Ihsane Jarfi, le bourgmestre Willy Demeyer a rencontré avec le chef de corps de la police locale, le 17 juillet dernier, des représentants de la Fédération Arc-en-Ciel Wallonie pour envisager avec ces derniers un plan d'actions spécifiques.

Une concertation portant sur les actes homophobes se tiendra à la rentrée au niveau du conseil zonal de sécurité, annonce le bourgmestre. "Il s'agira d'envisager d'étendre les actions "tolérance zéro en matière de violence conjugale" aux faits d'homophobie, selon l'ébauche du plan.

Laurence Wauters, avec G.D, Belga