Nucléaire : GDF Suez attend des nouvelles de la Belgique

Rédaction en ligne

jeudi 02 août 2012, 10:32

GDF Suez se décidera à investir ou non dans le nucléaire après avoir reçu des informations claires des autorités belges.

Nucléaire : GDF Suez attend des nouvelles de la Belgique

© Belga

GDF Suez a réclamé de nouveau jeudi des précisions aux autorités belges, sans lesquelles il affirme ne pas pouvoir investir les sommes nécessaires à la prolongation jusqu’en 2025 du réacteur nucléaire de Tihange 1, récemment décidée par le gouvernement Di Rupo.

« Le groupe attend des précisions législatives à l’automne sur les annonces du gouvernement belge concernant l’avenir du secteur nucléaire », a déclaré l’énergéticien français, dans un communiqué consacré à ses résultats semestriels.

GDF Suez a réaffirmé dans ce communiqué « la nécessité pour procéder à la prolongation de Tihange 1, dont le coût est estimé à 600 millions d’euros (dont 300 millions d’euros à la charge du groupe, qui détient ce réacteur à 50/50 avec son compatriote EDF, NDLR), d’un cadre légal clarifié et stable lui permettant d’évaluer la rentabilité économique d’un tel investissement ».

Le gouvernement belge a annoncé début juillet un aménagement de son plan de sortie du nucléaire, en décidant de prolonger de dix ans la durée de fonctionnement de l’un de ses sept réacteurs, Tihange 1, qui devait initialement fermer en 2015, tout en confirmant la fermeture à cet horizon de deux autres réacteurs (Doel 1 et 2).

De plus, il a décidé d’accroître la concurrence entre les fournisseurs d’électricité au détriment d’Electrabel, la filiale belge de GDF Suez, qui va devoir mettre une partie de sa production nucléaire à disposition de ses rivaux.

Face aux réticences affichées par le groupe pour prolonger Tihange 1, le gouvernement belge a menacé le mois dernier de « réquisitionner » le réacteur ou se tourner vers un autre investisseur.

Par ailleurs, dans son communiqué publié jeudi, GDF Suez a précisé que la fermeture de Doel 1 et 2 devrait amputer son résultat net avant impôt « d’environ 100 millions d’euros après 2015 ».

GDF Suez est l’exploitant du parc nucléaire belge, via sa filiale et ex-monopole local Electrabel.

(AFP)