Pluie d’étoiles filantes : recette et mode d’emploi

Rédaction en ligne

dimanche 12 août 2012, 09:07

Ce week-end, le ciel nocturne offrira un de ses plus beaux spectacles. Une pluie d’étoiles filantes ponctuera la voûte céleste, d’autant plus que la nuit sera claire.

Pluie d’étoiles filantes : recette et mode d’emploi

© DR

À la nuit tombée, une kyrielle d’étoiles filantes peuplera le ciel. Ce samedi soir, le ciel sera dégagé, avec peut-être de légers nuages. C’est l’occasion rêvée d’en profiter pour s’allonger et aller à la pêche aux vœux.

Un pull et de la patience seront vos deux meilleurs amis. « Isolez-vous de la pollution lumineuse et des grands arbres, couchez-vous sur le dos, sinon c’est le torticolis assuré le lendemain. Fixez le zénith et vous aurez autant de chances que si vous les cherchez à tout prix. Et faites un vœu, que vous y croyez ou pas, cela ne peut pas faire de mal. Comme disait Pascal, le pari ne coûte rien. La dernière fois, j’ai parié que mon fils se calmerait pendant les repas. Et ça a marché. » conseille le professeur Dimitri Pourbaix, astronome à Institut d’astronomie et d’astrophysique de l’ULB. De manière générale, l’idéal serait une grande pelouse bien dégagée.

30 étoiles filantes par heure

L’« essaim » de météores, comme les appellent les spécialistes, sera bien au rendez-vous pour culminer le 12 août. Vendredi, les relevés indiquaient déjà 30 étoiles filantes par heure, selon l’Organisation Mondiale pour l’Observation des Météores. L’année dernière, des pics à 58 étoiles par heure ont été observés.

Poussière de comète

« Les étoiles filantes, c’est-à-dire des poussières laissées par une comète lors de son passage et que la Terre traverse à date fixe, sont visibles toute l’année. Il y a des essaims très abondants en décembre et janvier. Mais il y a peu de gens pour s’étendre le dos dans l’herbe pour les observer dans le froid et la neige ! » explique l’Organisation Mondiale pour l’Observation des Météores.

Ce sont les poussières de la comète Swift-Tuttle que l’on peut observer en août. Ces poussières entrent dans l’atmosphère en produisant des « météores » plus communément appelés étoiles filantes. « L’incandescence se produit entre 85 et 120 km d’altitude (avec une vitesse comprise entre 40.000 et 290.000 km/h). Quelques grammes suffisent à produire des éclats égaux à ceux des étoiles. »

Rassurez vous ; les étoiles filantes sont à consommer sans modération et ne présentent aucun danger car leur désintégration est totale.

Aldwin Raoul (St.)