Du médicament à la praline, Neuhaus fête ses 100 ans

Rédaction en ligne

mardi 04 septembre 2012, 11:11

Il y a tout juste un siècle, Jean Neuhaus Junior inventait la praline belge dans sa confiserie pharmaceutique installée Galerie de la Reine, à Bruxelles. Aujourd’hui, le chocolatier peut se targuer d’être resté 100 % belge et d’avoir ouvert une centaine de boutiques aux quatre coins du monde.

Du médicament à la praline, Neuhaus fête ses 100 ans

La praline a 100 ans ! (DR)

Un grand nom de la confiserie belge souffle ses 100 bougies. Le chocolatier Neuhaus fête ce double jubilé tout en douceur après avoir conquis le monde du goût mais en gardant, toujours, sa particularité « noire-jaune-rouge ».

« La création et la production de toutes les pralines se font toujours dans les ateliers de Bruxelles », a précisé la porte-parole.

En 1857, Jean Neuhaus, alors propriétaire d’une confiserie pharmaceutique dans la Galerie de la Reine, a l’idée d’enrober les médicaments au goût désagréable d’une fine couche de chocolat. Mais c’est son petit-fils, Jean Neuhaus Junior, qui lance la première praline en 1912 et dépose un brevet pour le premier ballotin, en 1915.

En 1937 furent créés les pralines Bonbon 13 et Astrid. Elles sont parmi les plus anciennes recettes. La praline Astrid fut crée en hommage à feu la reine Astrid.

Un succès planétaire

Récemment, Neuhaus a aussi ouvert une boutique à New York et en Chine. « Mais les pralines y sont considérées comme des produits de luxe et les clients n’en n’achètent souvent qu’une », explique la porte-parole de Neuhaus.

Neuhaus est présent dans plus de 50 pays avec 1500 points de vente.

Selon l’Association Royale Belge des Industries du Chocolat, de la Praline, du Biscuit et de la Confiserie (Choprabisco), le secteur des pralines et du chocolat comptait, en 2010, 264 entreprises en Belgique. Il représente également 13,2 % du chiffre d’affaires global du secteur alimentaire belge et 14,6 % de ses exportations.

APS avec Belga