Le speakers' corner quasi aphone

Rédaction en ligne

jeudi 21 juillet 2011, 23:39

En cette fête nationale, les passants du parc Royal à Bruxelles ont eu la possibilité de prendre publiquement la parole. Mais peu d'orateurs sont montés à la tribune.

Le speakers' corner quasi aphone

Le Soir

Ce n'est que vers 18 heures, lorsque la pluie a décidé de finalement cesser, que les passants ont commencé à s'attarder au speakers' corner. Ce « coin des orateurs « a été installé parc Royal, juste en face du parlement -tout un symbole - à l'initiative de l'artiste Patrick Marchal, le créateur de la carte Michemin, que nous évoquions dans l'édition de mercredi. Le speakers' corner était l'occasion pour les citoyens de passer un coup de gueule ou un message au sujet de la situation de crise que traverse le pays.

Les curieux intrigués par cet espace d'expression libre, ne se sont pas bousculés pour prendre la parole. Le tout premier à se jeter à l'eau a exprimé son exaspération face à l'immobilisme politique : « Bâillonné 365 jours sur 365 jours par an, je saisis l'occasion pour exprimer mon inquiétude face à cette palabre infertile, à cette immobilisation catastrophique qui va nous coûter cher. On ne peut qu'être inquiet par ce qui se passe, j'espère sincèrement qu ‘on va sortir de ces négociations pour savoir si oui ou non on va commencer des négociations ! Ce n'est pas possible qu'il y ait autant de défiance entre nous ! ». Le public acquiesce et applaudit, mais personne ne prend le relais.

Reynders de passage

Quelques minutes plus tard, Didier Reynders, d'un pas décidé, passe juste à côté du speakers' corner. Patrick Marchal saisi vite l'occasion pour présenter au ministre la carte Michemin. Didier Reynders, visiblement amusé par le concept s'attarde tout de même quelques minutes pour écoute les explications de l'artiste, puis file. Cette « animation » terminée, les personnes autour du coin des orateurs discutent entre elles, mais aucune ne se décide à parler. Est-ce par indifférence ou timidité ? Alors que quelques heures auparavant, des indignés se sont fait arrêter par la police pour avoir porté des t-shirts « Error 404 – Government not Found » et les empêcher de s'exprimer. Un artiste aurait donc plus de légitimité que les indignés à mettre en place une tribune publique. En tout cas, le speakers' corner aura tout de même eu le mérite de faire connaître au public cette tradition anglo-saxonne de la prise de parole.

Céline Navarro (St.)