Les négociateurs ont discuté budget toute la nuit

Rédaction en ligne

jeudi 17 novembre 2011, 07:05

Elio Di Rupo a fait mercredi une nouvelle proposition orale aux négociateurs. Après quelques tensions, les négociations ont finalement débuté vers 22 heures et duré toute la nuit. Les négociateurs se sont quittés peu après 6 heures. Ils se reverront vers 16 heures et ne feront aucun commentaire.

Les négociateurs ont discuté budget toute la nuit

©PYT – Le Soir

Les représentants du PS, du MR, du CDH, du CD&V, de l’Open VLD et du SP.A sont arrivés mercredi vers 17h15 à la présidence de la Chambre pour reprendre avec le formateur Elio Di Rupo les négociations budgétaires. Celles-ci doivent se dérouler sur la base d’une nouvelle proposition du formateur portant non seulement sur le budget lui-même mais aussi sur les réformes structurelles en matière d’emploi et de pensions, a-t-on appris.

« Tout est là pour réussir aujourd’hui » !

« Tout est là pour qu’on puisse décider aujourd’hui », a dit hier soirLaurette Onkelinx (PS). Le président du CD&V Wouter Beke s’est contenté pour sa part de souligner que tout était « très difficile ». Pour Laurette Onkelinx, il doit être possible d’arriver à un accord ce mercredi soir ou dans la nuit. « Si cela ne réussit pas, nous devrons nous demander si l’échec est dû à un manque de courage politique ou à un manque de volonté politique ».

Le président du CDH Benoît Lutgen a rappelé les circonstances difficiles du contexte international. « Il est temps de faire des pas l’un vers l’autre. J’espère que chacun aura compris le message du roi », a-t-il dit tout en ajoutant que la confection du budget 2012 et les réformes structurelles qu’il faut entreprendre ne constituent pas un exercice facile.

Les négociateurs réunis autour du formateur Elio Di Rupo ont alors suspendu vers 19 heures la réunion afin d’étudier séparément la nouvelle proposition formulée par le formateur. Di Rupo a expliqué oralement sa proposition aux négociateurs, après quoi ceux-ci se sont donnés une bonne heure pour l’examiner.

Les libéraux veulent de l’écrit

Au CDH, on soulignait dans la soirée que la note présentée par le formateur était incomplète. « Mais elle a le mérite d’exister et il faut donc négocier sur cette base », ajoutait-on chez les Humanistes. « Nous continuerons à nous battre pour l’emploi, pour la préservation des titres-services, pour une augmentation de la quotité exonérée d’impôt… », disait-on encore. Le CD&V et le SP.A se montraient très discrets. Les socialistes flamands se contentaient de dire que l’atmosphère était calme mais qu’il restait beaucoup à faire.

Mais, alors que Laurette Onkelinx estimait encore en début de soirée que « tout était sur la table pour qu’on puisse décider aujourd’hui » (voir ci-contre), MR et Open VLD ont mis en péril cette hypothèse. Les libéraux francophones et flamands ont critiqué cette méthode, souhaitant une note écrite. Elio Di Rupo s’est alors dit prêt à fournir aux libéraux un tableau chiffré – sans que l’on sache s’ils l’avaient finalement obtenu ou non.

C’est dans ce climat que les négociateurs se sont finalement retrouvés, vers 22 heures. À bonne source, on nous glissait que les négociations étaient parties pour « durer de longues heures ».

(Bernard Demonty, avec G.D, belga)