Le 11h02 : changer la loi amiante, « maintenant ou jamais »

Rédaction en ligne

mardi 29 novembre 2011, 12:30

Inégalités dans l’accès au Fonds amiante, interdiction d’aller en justice pour les victimes indemnisées : la condamnation d’Eternit, doit-elle conduire à une révision de la loi  ? On en a parlé avec Ricardo Gutiérrez

En quoi ce jugement est-il historique ? Peut-on parler de jurisprudence et pourquoi ce procès a-t-il mis tellement de temps à aboutir alors que la plainte avait été déposée en 2000 ? (Samuel)

Jusqu’à présent pas mal de procès ont impliqué des personnes dans le travail de l’amiante, mais là pour la première fois c’est une victime environnementale, victime indirecte qui avait pour seul tort d’habiter près de l’usine qui produisait du béton amiante. Cette victime avait déposé plainte en 2000 et elle est décédée quelques mois après le dépôt de sa plainte. Si le procès a duré si longtemps c’est, entre autres parce à cause de 1a difficulté trouver des experts indépendants dans le domaine de l’amiante en Belgique. Pas mal d’experts belges qui travaillaient dans le milieu de l’amiante avaient reçu des subsides d’industriels du secteur. VUB un expert indépendant.

C’est un jugement historique mais pas définitif. La société Eternit a un mois pour interjeter appel.

Pourquoi la Belgique a-t-elle attendu 1998 pour interdire l’amiante ? (Zal) C’est principalement à cause du poids du lobby des fabricants belges de l’amiante. Ils ont des intérêts économiques très importants en Belgique. Je suis convaincu que c’est à cause de ça qu’on a fermé les yeux sur ce problème de santé publique pendant longtemps.

250.000 euros pour quatre vies, la justice belge estime à si peu la vie d’une personne ? (Benoît)

En fait, les 250.000 euros ne dédommagent que le décès de la mère de la famille, Françoise Jonckheere. Son fils, Eric Jonckheere a précisé que cet argent ne lui importait pas vraiment. Pour lui, la vraie victoire c’est d’avoir gagné ce procès contre un fabricant d’amiante. Il invite d’ailleurs l’ensemble des victimes belges de l’amiante à déposer plainte contre les fabricants d’amiante.

Est-ce qu’on produit encore de l’amiante en Belgique aujourd’hui ? Si oui, dans quelles conditions ? (Roger)

On ne produit plus de forme dangereuse d’amiante depuis le 1er octobre 1998, ces sociétés sont toujours présentes en Belgique mais elles ne fabriquent plus de l’amiante comme à l’époque. Mais il y a toujours de l’amiante installé dans certains bâtiments. On pratique de plus en plus souvent en Belgique du “ désamiantage ”, effectué par des sociétés spécialisées. Ces sociétés qui utilisent d’ailleurs du personnel formé pour ça. Je pense donc qu’en Belgique, le terme ne pose plus en terme de dangerosité immédiate.

Que pensez-vous de la proposition de loi d’Ecolo ? (Annie)

La proposition de loi d’Ecolo propose d’élargir le spectre des maladies couvertes par le Fonds Amiantes, mais aussi de permettre aux victimes d’attaquer un fabricant d’amiante en justice. C’est une nécessité car le pic des victimes de l’amiante est attendu, selon les scientifiques, pour 2020. De plus, certains cancers du poumon ou du larynx peuvent être dus à l’amiante mais ils ne sont toujours pas reconnus dans les maladies permettant d’être indemnisé par le Fonds Amiante.

Résumé réalisé par Elodie Jiménez (St.)