La Belgique répond au rappel à l'ordre de l'Europe

Rédaction en ligne

samedi 07 janvier 2012, 20:40

Vendredi, l'Europe a rejeté la proposition de budget 2012 de la Belgique. Provoquant réactions dans le gouvernement et dans l'opposition. Et de nouvelles mesures. Rétroactes

La Belgique répond au rappel à l'ordre de l'Europe

©belga

C'est le Morgen qui rapporte l'information, vendredi matin : la Commission européenne a rejeté la proposition de budget de la Belgique pour 2012.

Pour rappel, les six partenaires de la coalition étaient parvenus, après d'âpres négociations, à un accord sur le budget pour cette année. Celui-ci prévoit une croissance économique de 0,8 % et un déficit du PIB de 2,8 %. L'Europe, de son côté, calcule qu'avec une croissance de 0,8 %, le déficit belge pour 2012 atteindra les 3,1 % du PIB. Dans ce cas de figure, la Belgique irait à l'encontre des règles européennes en la matière qui prévoient un déficit maximum de 3 % pour 2012.

FDF et N-VA, dans l'opposition, n'ont pas manqué l'occasion de dire qu'ils avaient bien prévenu le gouvernement. Hypothèses de croissance « irréalistes et excessives » pour le FDF, « budget trop léger et pas assez réaliste » pour la N-VA,les deux partis d'opposition s'estiment confortés dans leurs critiques du budget fédéral 2012.

L'europe demande 2 milliards d'efforts budgétaires

Dans une lettre transmise au ministre des Finances Steven Vanackere, le commissaire européen aux Affaires économiques souhaite, donc, que la Belgique prévoie de 1,2 à 2 milliards d'efforts budgétaires supplémentaires d'ici lundi matin, estimant que « ce serait la meilleure solution ».

Une mauvaise nouvelle n'arrivant jamais seule, Jean-Claude Marcourt a tout de suite prévenu que le fédéral ne devrait pas trop compter sur les Régions pour satisfaire aux dernières remarques budgétaires de la Commission européenne. « Ce ne serait pas raisonnable. Notre budget (Wallonie et Fédération Wallonie-Bruxelles) est fondé sur une perspective de croissance de 1,2 % et l'on sait déjà qu'il faudra l'ajuster de manière importante », a-t-il rappelé.

« L'Europe se trompe », mais…

Pourtant, la solution des nouvelles économies suggérées par l'Europe n'est pas du goût du gouvernement belge. A l'issue d'un kern d'urgence vendredi, le gouvernement dira rester convaincu que son projet de budget permet d'atteindre, avec une croissance de 0,8 % en 2012, un déficit budgétaire limité à 2,9 % du PIB cette année. « L'Europe s'est trompée dans ses calculs sur le budget », a estimé Olivier Chastel, le ministre du Budget. « Nous voulons démontrer que nous avons fait les efforts qui s'imposaient. »

Le gouvernement fédéral a toutefois décidé degeler temporairement environ un milliard d'euros de dépenses, dans l'attente du contrôle budgétaire prévu début février, selon de bonnes sources.

Et tout ça alors que les mauvaises surprises de l'accord Papillon se succèdent...A suivre...

(G.D, d'après B.Dy, Belga)