Les FDF proposent un plan « F »

Rédaction en ligne

mercredi 25 janvier 2012, 15:57

Les FDF prennent le contre-pied de Marcourt. Leur objectif : un « plan F » qui rassemble les francophones.

Les FDF ont pris mercredi le contre-pied du plan « W » avancé par le ministre socialiste wallon Jean-Claude Marcourt. Ils proposent de mettre au point un plan « F » qui rassemble les francophones autour de la stratégie européenne d'investissement dans le capital humain pour construire un avenir économique durable.

Pour le président des FDF Olivier Maingain, et les chefs de file parlementaires bruxellois de la formation amarante, Didier Gosuin et Carline Persoons, les accords institutionnels vont enclencher un compte à rebours de la survie financière des Régions wallonne et bruxelloise et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

L'opposé du plan W

« Les francophones devront gérer conjointement stagnation des recettes, fonds du vieillissement et rattrapage du retard avec la Flandre en période de récession. Pour y parvenir, Jean-Claude Marcourt préfère botter en touche en divisant », a déploré Didier Gosuin.

Pour les FDF, le modèle encouragé par le ministre wallon est à l'opposé du fédéralisme de solidarité qu'ils prônent et de la stratégie de Lisbonne qui fonde le développement économique sur le capital humain, la connaissance, l'emploi et la cohésion sociale.

A leurs yeux, la Fédération Wallonie-Bruxelles est l'entité qui correspond le mieux aux objectifs de cette stratégie européenne.

Une « débureaucratisation » pour lutter contre les points faibles

Wallons et Bruxellois partagent, hélas, plusieurs points faibles dont des seuils élevés de pauvreté et de chômage, un niveau élevé d'échec scolaire et un déficit significatif de qualification. Pour y remédier, les FDF plaident pour une « débureaucratisation » dans l'enseignement, une politique de qualification plutôt que de scolarisation obligatoire et une rationalisation des institutions en Wallonie et à Bruxelles.

Ils proposent de mettre sur pied une commission parlementaire mixte chargée de passer ces structures au peigne fin pour concentrer les efforts sur celles qui aideront le plus la Wallonie et Bruxelles à combler leur retard.

(d'après belga)