« Bart De Wever aime jouer les victimes »

Rédaction en ligne

jeudi 03 mai 2012, 17:33

Lors d'une interview accordée à Apache, Bart De Wever s'en est pris violemment aux médias, qu'il voit comme une menace pour la politique. Dave Sinardet, politologue et professeur à la VUB, revient sur ses propos. Pourquoi De Wever joue-t-il au Caliméro ? Posez vos questions à Béatrice Delvaux, elle vous répond à 11h02 

« Bart De Wever aime jouer les victimes »

Pourquoi une telle sortie de Bart De Wever ?

« Il est vrai que, lui qui a longtemps profité de la dynamique médiatique, cela peut sembler étrange de prime abord. Mais à travers ses diatribes, il a surtout voulu s'en prendre aux éléments qui ne le suit pas favorables. Or, Luc Van der Kelen a rarement fait l'éloge du leader de la N-VA. »

« Cependant, De Wever doit une grande partie de sa popularité au processus de pipolisation auquel certains médias et lui se sont adonnés. Il sait comment jouer avec les médias. Le régime qu'il a suivi ces derniers mois est la preuve qu'il accorde beaucoup d'importance à son image médiatique. Ce n'est pas pour rien non plus qu'il a participé à la course d'Anvers. »

« Je pense surtout que cette sortie confirme la stratégie de victimisation de la N-VA. Ses membres aiment (faire) croire qu'ils sont les cibles principales des médias, flamands comme wallons. »

« Son erreur consiste à avoir étendu ces quelques médias qui lui sont effectivement défavorables aux médias en général. C'est alors à tout l'appareil médiatique qu'il s'en prend. »

« Mais peut-être désire-t-il neutraliser les critiques négatives que lui et son parti doivent régulièrement essuyer. Ainsi, il espère que ceux qui ont l'habitude de le malmener perdent de leur culot et diminuent ainsi leurs critiques envers lui et son parti. »

« Malheureusement pour lui, cela risque aussi de provoquer l'effet inverse, et l'on verrait alors de nombreux journalistes désormais dépourvus de tout scrupule à le mettre en pièces. »

Mais pourquoi maintenant ? L'affaire Jos Ghysen est-elle la goutte d'eau qui fait déborder le vase ?

« Il n'est pas improbable qu'il estime ne plus avoir besoin des médias à présent. Mais cela peut aussi provenir d'une réelle indignation quant à la toute-puissance des médias. »

« De Wever estime parfois que lui et son parti sont les victimes d'un véritable complot à son encontre. Pourtant, certains éditorialistes approuvent leurs idées et si un parti peut se plaindre parce qu'il se sent constamment maltraité par les journaux et les chaînes de télévision, c'est bien le Vlaams Belang. Car ses partisans n'ont pas toujours droit, entre autres, au même temps de parole que les autres. »

« Ceci dit, Bart De Wever a mis le doigt sur une question sensible : les médias vont-ils trop loin ? Peuvent-ils accuser, ou laisser accuser, des hommes de notoriété publique sans aucune preuve et sans aucune crainte de représailles ? Y a-t-il un abus médiatique ? »

« En Flandre, on risque fort de débattre fortement de cette question dans les jours qui suivent : où s'arrêtent le pouvoir et la liberté médiatiques ? Quels sont les rôles des médias en général ? Et comme les médias ont l'art d'enfler toute polémique, le débat pourrait s'amplifier et dériver sur bien d'autres choses. »

« La carrière d'un homme politique peut se retrouver brisée en un instant à cause d'un média. On peut se demander comment respecter la vie privée de ces hommes sans pour autant les laisser se sentir à l'abri de toute critique, de toute révélation. »

Jérémie Degives (St.)