Difficile de réduire l’emploi public : « Bogaert baisse les bras un peu vite »

BERNARD DEMONTY

mercredi 30 mai 2012, 10:58

Le secrétaire d’Etat à la fonction publique, estime qu’il est quasiment impossible de réduire l’emploi public. Hendrik Bogaert « baisse les bras un peu vite », réagit Didier Reynders. Plus d’informations dans Le Soir

Difficile de réduire l’emploi public : « Bogaert baisse les bras un peu vite »

Pierre-Yves Thienpont

Ils avaient bombé le torse avant la formation du gouvernement : oui, le nombre de fonctionnaires allait être réduit en Belgique, avaient lancé plusieurs partis de la majorité. Mais, quelques mois plus tard, un constat s’impose : c’est manifestement plus facile à dire qu’à faire. « Je ne suis pas sûr que le nombre de fonctionnaires sera réduit sous cette législature », a annoncé le secrétaire d’Etat à la Fonction publique, Hendrik Bogaert (CD&V), mardi à Paris, à l’occasion d’une visite à l’OCDE.

Dans Le Soir

Rencontre avec Yves Leterme p.5 dans le Soir en PDF

Il fait le compte. « Nous sommes en train de construire des prisons : il faudra des gardiens. Des problèmes de sécurité ont éclaté à Bruxelles : il faudra 400 agents supplémentaires. Le gouvernement a lancé une réforme des pensions : les fonctionnaires vont rester en poste plus longtemps, s’ils le souhaitent. Quand je fais le compte, tout cela va à l’encontre de ce que l’on attendait : à savoir que le nombre de fonctionnaires allait être réduit. Je ne dis pas que leur nombre va augmenter, mais à ceux qui prétendaient qu’il y aurait 30 % de fonctionnaires en moins d’ici à la fin de la décennie, je réponds : “Soyons réalistes”. »

La visite du secrétaire d’Etat à l’OCDE mardi a, selon lui, renforcé sa conviction. « J’ai appris ici qu’il est très difficile de réduire le nombre de fonctionnaires d’un pays. Il n’y a pratiquement aucune nation qui y parvient. La France a supprimé 160.000 postes de fonctionnaires au niveau national. Mais au niveau local, il y en a 500.000 de plus. »

Le secrétaire d’Etat irait-il, par ses propos, à l’encontre de l’accord de gouvernement ? « Non, répond-il, car celui-ci mentionne simplement une réduction de 3 % des dépenses, sans préciser la méthode. »

Dans le plus grand département, les Finances, il a toutefois été décrété qu’il n’y aurait que deux remplacements de fonctionnaires sur cinq.

Impossible, sans toucher à l’emploi, non ? « Vous savez, on peut imaginer une meilleure conciliation de la vie privée avec la vie professionnelle. » Autrement dit : la solution pourrait venir d’un recours accru au temps partiel. Mais la table rase sur l’emploi public ne semble plus à l’ordre du jour.

Reynders : « Bogaert baisse les bras un peu vite »

Le vice-Premier ministre est d’avis qu’Hendrik Bogaert « baisse les bras un peu vite ». Réagissant sur Bel RTL, Didier Reynders ne nie pas la nécessité de maintenir le niveau dans certains départements. L’effort devrait provenir de l’ensemble des niveaux de pouvoirs, ajoute-t-il. On constate souvent, et ce n’est pas propre à la Belgique, que lorsqu’on diminue le nombre de fonctionnaires à un niveau, les pouvoirs régionaux et locaux annulent cet effort en engageant massivement.