Di Rupo : « On a fait la moitié du chemin, on ne peut pas se plaindre »

DAVID COPPI

vendredi 13 juillet 2012, 18:33

Cette fois, c'est fini. La Chambre a adopté la scission de l'arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde par 106 oui contre 42 non. Le vote sur le premier paquet de la réforme de l'État s'est clôturé.

Un litige de 50 ans s'éteint avec le vote sur la sixième réforme de l'Etat et la scission de l'arrondissement de BHV. Le vote sur le premier paquet de la réforme de l'État s'est clôturé ce vendredi 13 juillet 2012 : la Chambre a adopté la scission de l'arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde par 106 oui contre 42 non.

La sixième réforme de l'Etat comporte, pour rappel, et entre autres : la scission de l'arrondissement électoral de BHV,la réorganisation de l'arrondissement judiciaire, le financement de la Région bruxelloise, l'émergence d'une communauté métropolitaine englobant Bruxelles, de nouvelles règles de désignation des bourgmestres dans la périphérie, des modifications dans les procédures de recours devant le Conseil d'Etat, un chapitre « renouveau politique » (notamment : les politiques siégeront à l'avenir dans l'assemblée pour laquelle ils ont été élus, sans marge de manœuvre), et une série d'améliorations pour le vote des Belges à l'étranger…

Concrètement, qu'est-ce que cela va changer ?

Les francophones qui se situent dans la région flamande ne pourront plus voter pour des listes bruxelloises, comme auparavant, sauf pour les six communes à facilités qui sont les communes où il y a le plus de francophones. Dans ces communes, les gens auront le choix de voter pour des listes flamandes ou des listes bruxelloises. Il y a aussi une réorganisation de l'arrondissement BHV judiciaire. Le citoyen peut donc être défendu dans sa langue.

Ce premier paquet de la sixième réforme de l'Etat enfin engrangé, il faudra ensuite s'attaquer au transfert de compétences du fédéral aux entités fédérées, et à la révision de la loi de financement de l'Etat fédéral, des Régions et des Communautés, les deux autres grands chapitres de la réforme institutionnelle. A réaliser avant la fin de la législature, mi-2014.

« Nous avons réussi ! BHV est scindé. C'était le plus gros obstacle ces dernières années entre les Flamands et les francophones. Ensemble, nous changeons la Belgique », s'est exclamé le Premier ministre Elio Di Rupo, en concluant les débats jeudi soir à la Chambre des députés. « On a fait la moitié du chemin, on ne peut pas se plaindre » Ce vote est «un vote de changement, d'espoir et de confiance», a-t-il ajouté.

Une heure de votes pour 13 textes du premier paquet de réforme L'hémicycle presque au complet

A plusieurs reprises et à la fin des votes, les députés ont applaudi l'adoption des textes. Le Premier ministre Elio Di Rupo, les vice-premiers ministres Laurette Onkelinx (PS), Didier Reynders (MR), Joëlle Milquet (cdH) et Steven Vanackere (CD&V) ainsi que des secrétaires d'Etat aux Réformes institutionnelles Melchior Wathelet (cdH) et Servais Verherstraeten étaient présents et les députés étaient presque au complet. On ne comptait en effet que 2 absents sur les 150 députés que compte la Chambre.

Le président du CD&V Wouter Beke a assisté aux votes depuis la tribune des sénateurs. Outre la scission de l'arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde, ces 13 textes concernent la nomination des bourgmestres de la périphérie bruxelloise, la compétence de l'assemblée générale du Conseil d'Etat, le refinancement de Bruxelles, la Communauté métropolitaine, l'autonomie constitutive du Parlement flamand, wallon et de la Communauté française ainsi que certaines mesures de renouveau politique.

Malgré l'importance de la réforme, les discussions n'ont finalement pas été très longs en séance plénière. La Chambre avait consacré la journée de jeudi au débat.

BHV scindé, et après ? « S'il n'y a pas d'esprit de vivre-ensemble, cela ne peut pas marcher ». Retrouvez le 11h02 avec David Coppi.