Qui a gagné à qui perd gagne ?

SANDRA DURIEUX, PASCAL LORENT, MATHIEU COLINET ET DIDIER ALBIN

mardi 07 février 2012, 10:54

Série. Les gagnants et perdants des listes électorales en Hainaut : Charleroi.

Pour beaucoup de citoyens, les élections communales du 14 octobre 2012 sont encore loin. Mais pour les partis politiques engagés dans la bataille, c'est une autre histoire. La campagne électorale, elle, a bel et bien débuté. Et pour cause, les instances des partis sont plongées dans la confection de la meilleure liste possible pour remporter l'élection, décrocher des sièges supplémentaires ou simplement ne pas se prendre les pieds dans le tapis.

Et, à quelques rares exceptions près, ce n'est pas chose facile. Entre les nouvelles têtes à débaucher pour renouveler son électorat, les poids lourds à ménager et les boulets à envoyer paître, les exécutifs s'arrachent parfois les cheveux.

Pour la troisième édition de cette série, nous avons désigné les gagnants et perdants des différentes listes électorales présentées pour l'instant à Charleroi-Ville. Si quelques surprises avaient déjà émaillé la campagne jusque-là, la désignation du nouveau bourgmestre ce week-end en a créé d'autres. Mais ne manquez pas la semaine prochaine notre nouvelle sélection en Wallonie picarde.

gagnants... et perdants !

Alisson de Clercq

Elle aurait pu devenir bourgmestre de Charleroi, la première femme à ceindre l'écharpe et revendiquer une place très en vue dans la future liste PS. C'est à elle en effet que revenait le mandat, Alisson De Clercq revendiquant le plus grand nombre voix après les mandataires inculpés. Celle qui a fait le choix de tirer un trait sur la vie politique pour se consacrer à sa famille et à son travail sort paradoxalement gagnante du remaniement du collège. « Volontairement, je ne me suis pas présentée aux suffrages des militants de ma section de Goutroux. Mon nom ne figurera donc pas sur la liste communale, j'en suis ravie. »

Eric Massin

Eric Massin

On le savait favori dans le duel que Paul Ficheroulle et lui se livraient, dans la perspective d'octobre 2012. Eric Massin sera 3e sur la liste PS. Mais il a remporté le duel avant l'heure, en « tuant » son rival. Le voilà sur du velours : sauf surprise, il sera le mayeur f. f. d'un Magnette en titre. À moins que… Car au cours des prochains mois, on va beaucoup parler de son bilan scabinal. Or Phénix est plutôt mal emmanché et Eric Massin présente à son actif quelques effets d'annonce qu'il aurait aujourd'hui du mal à assumer.

Anthony Dufrane

Anthony Dufrane

Il a fait ses adieux à Montigny-le-Tilleul, commune de ses premiers pas politiques pour rejoindre Dampremy où la section PS lui a réservé un accueil chaleureux puisqu'elle a fait de ce tout jeune député fédéral son candidat de référence en vue des prochaines élections communales. Le jeune homme est populaire. Il plaît en plus à Paul Magnette. D'où ce scénario très probable : une place de choix sur la liste socialiste carolo et la perspective d'un échevinat d'ici à quelques mois. Cette promotion permettrait à Magnette de placer un de ses hommes au sein du collège. Par les temps qui courent, on ne sait jamais…

Antoine Tanzilli

Antoine Tanzilli

Même s'il dit « travailler en toute confiance avec Véronique Salvi », l'arrivée dans le collège communal de sa chef de groupe n'est pas une bonne nouvelle pour le candidat Antoine Tanzilli, qui figurera en deuxième position derrière elle sur la liste CDH aux communales. Perdant ? Sûrement, même s'il aurait encore moins à gagner en devant accepter des compétences abandonnées par le PS, comme l'Aménagement urbain avec le corollaire de son programme Phénix, un cadeau empoisonné. Le pire serait pour l'échevin de la Culture et du Tourisme de Charleroi de se faire piquer ces attributions sur lesquelles il affiche un beau bilan. Il perdrait sur toute la ligne !

Paul Ficheroulle

Paul Ficheroulle

C'est le grand perdant de la législature. En 2007, il disposait d'atouts dans la perspective de 2012 : 1er échevin et chef de file socialiste, il semblait promis au mayorat. Mais Paul Ficheroulle n'est pas parvenu à « exister » à travers ses matières. Il s'est ensuite frotté à un rival ambitieux, sans pouvoir lui imposer son autorité. Et sans que jamais Paul Magnette n'arbitre ce duel de prétendants. À l'arrivée, il paie, notamment, sa franchise : il est le seul socialiste à avoir clairement exprimé la lourde responsabilité de l'équipe précédente dans la situation désastreuse que vit Charleroi. Et il a été « flingué » par les siens.

Bernard Dallons

Bernard Dallons

Quand, il y a quelques mois, Bernard Dallons, le président du CPAS de Charleroi s'est soudain senti mal dans les couloirs de l'Hôtel de ville, c'est Paul Ficheroulle qu'il a souhaité qu'on alerte. Les deux hommes sont liés. Samedi, après le désaveu de Paul Ficheroulle, son ami de trente ans a vaguement laissé entendre qu'il pourrait ne pas démissionner avec le reste du collège. Les leaders socialistes n'y croient pas vraiment. Ils ont mis cette menace sur le compte de la déception ou d'un chantage : une démission contre une place sur la liste. Que Bernard Dallons l'obtienne ou pas, son destin semble scellé. L'élu a très peu de chances d'encore peser à Charleroi.