« Je serai bourgmestre sinon rien... »

ANTONIO SCAVUZZO

mardi 12 juin 2012, 11:27

Politique. Olivier Chastel et son avenir

« Je serai bourgmestre sinon rien... »

Olivier Chastel restera sans doute au gouvernement fédéral © Belga

ENTRETIEN

Olivier Chastel passait chez Pascal Vrebos, dimanche sur RTL. Une interview qui n'est pas passée inaperçue et durant laquelle le leader du MR carolo réaffirme qu'il ne siégera pas comme échevin après les élections communales d'octobre.

Olivier Chastel, ce sera donc bien bourgmestre de Charleroi ou rien pour vous, à l'issue du scrutin communal ?

Je l'avais déjà dit lors de la présentation de notre liste : c'est une chose de diriger une Ville et une autre d'assumer une autre fonction au sein du collège. Le scrutin communal est un scrutin de personnes : quand une population souscrit positivement en choisissant clairement un bourgmestre, celui-ci doit s'engager. Si vraiment les citoyens de Charleroi pensent que je dois arrêter de siéger au gouvernement fédéral pour être bourgmestre de Charleroi, je le ferai.

Mais être un des neuf échevins de la Ville, non. Le président du MR m'a confié une mission importante dans le gouvernement. Je ne peux m'y soustraire : ce que je ferai probablement, si le MR devait être une des familles qui composent la future majorité, c'est prêter serment comme échevin et être empêché, dans la foulée. Une fois mon mandat de ministre achevé, je viendrai comme échevin.

Il se chuchote de plus en plus que Paul Magnette siégerait comme mayeur jusqu'en 2014. Vous disiez, en 2011, que vous iriez au collège s'il en était…

Je ne suis pas au courant pour cet éventuel choix de Paul Magnette. Chacun doit réagir en fonction de sa perception : je n'ai pas de conseil à donner. Cela vaut pour moi comme pour lui : quand une population désigne un candidat mayeur démocratiquement, il est normal qu'il exerce un mandat.

Durant l'émission « L'invité », vous citiez, outre Magnette, Colicis comme une de vos « meilleures ennemies » : elle devrait rester en politique ?

C'est un élément moteur du collège. Ceux qui n'apprécient pas son indépendance et son franc-parler ne comprennent pas qu'avec elle, on peut avoir des discussions franches, mais qui se concrétisent. J'apprécie le boulot qu'elle a abattu ces derniers mois et la manière dont elle a mené le chantier de la fusion des logements sociaux. J'ose dire qu'on la regrettera comme échevine à Charleroi.