Dexia : pas de recapitalisation d’urgence, selon Coene

Rédaction en ligne

lundi 30 avril 2012, 13:18

Le gouverneur de la Banque nationale a voulu mettre « les points sur les i » à propos de Dexia lors d’une conférence de presse. « Je n’ai jamais cité les termes de recapitalisation d’urgence. »

Dexia : pas de recapitalisation d’urgence, selon Coene

Luc Coene, © Belga

Même si le plan de restructuration présenté par Dexia à la Commission européenne ne prévoit pas d’augmentation de capital, « il y a de fortes chances qu’une recapitalisation soit inévitable », a déclaré Luc Coene, le gouverneur de la Banque nationale, qui tenait à s’expliquer après le tollé suscité par son audition à huis clos, mercredi dernier, devant la Commission parlementaire sur le suivi de la crise financière. Selon plusieurs médias, Luc Coene y aurait évoqué la nécessité d’une nouvelle recapitalisation rapide de la Holding Dexia.

« Pas d’urgence der recapitalsation »

« Je n’ai jamais cité les termes de recapitalisation d’urgence », a affirmé lundi le gouverneur de la BNB. « Ce que j’ai dit, c’est que Dexia a introduit un plan de restructuration auprès de la Commission européenne et que ce plan est basé sur des hypothèses optimistes. Si l’on se montre moins positif, cela pèse inévitablement sur la rentabilité et la solvabilité, ce qui pourrait conduire à la nécessité d’une recapitalisation », a détaillé Luc Coene au cours d’une conférence de presse. « Mais il est impossible de dire quoi que ce soit sur le montant et sur le timing de cette éventuelle augmentation de capital car tout dépend des discussions en cours avec la Commission européenne et la Banque centrale européenne », a-t-il ajouté.

« Utiliser le Parlement ce serait déraisonnable »

Luc Coene s’est par ailleurs défendu d’avoir utilisé le Parlement pour atteindre le ministre des Finances Steven Vanackere, ce dont l’ont accusé plusieurs parlementaires ce week-end. « Si j’ai quelque chose à dire, je fais passer le message moi-même. Et franchement, utiliser le Parlement, ce serait déraisonnable car je perdrais à la fois le contrôle sur le contenu de ce qui est dit et sur le timing », a-t-il expliqué en promettant de faire preuve, à l’avenir, de moins de « naïveté ».

« Si les parlementaires ne sont pas en mesure de respecter leurs engagements, je ne vois pas comment je pourrais encore leur fournir des informations détaillées », s’est-il justifié.

« Dexia est un dossier complexe »

« Dexia est un dossier complexe dans lequel nous devons trouver des solutions qui minimisent le coût pour l’État belge », a encore déclaré le gouverneur de la BNB. Selon ce dernier, un « système de portage » pourrait ainsi être créé, permettant d’accompagner jusqu’à leur échéance les actifs restant dans la ‘legacy bank’. « Quelque 250 milliards d’euros d’actifs restent en portefeuille. Si on les vend maintenant, on perd la moitié de cette valeur. Ce que l’on peut dès lors faire, c’est mettre en place un système de portage pour ces actifs jusqu’à leur échéance. Mais pour organiser ce système et le financer, il faut des garanties d’État », a conclu Luc Coene.

(Belga)