Mariani dément avoir posé des conditions

Rédaction en ligne

mercredi 02 mai 2012, 12:58

Pierre Mariani, administrateur délégué du holding franco-belge Dexia, affirme n'avoir formulé « aucune demande» quant aux conditions de son départ éventuel. Cette réaction intervient suite à l'évocation d'une possible prime de départ de 1,2 millions d'euros dans la presse.

Mariani  dément avoir posé des conditions

Belga

Pierre Mariani affirme n'avoir formulé aucune demande aux Etats belge et français quant aux conditions de son départ éventuel, « contrairement à des informations de presse parues ce jour » a-t-il déclaré. Pour rappel, l'édition de mercredi du journal L'Echo indiquait que l'administrateur délégué de Dexia, Pierre Mariani, pourrait recevoir une prime de départ d'1,2 million d'euros.

Mariani a également précisé qu'«aucune décision relative au remplacement de l'administrateur délégué et du président du conseil d'administration n'a été prise à ce jour» et qu'«en tout état de cause cette décision nécessite l'accord préalable des Etats garants».

Le Premier ministre avait quant à lui réagi ce matin : « Certes, il faut en discuter avec les autorités françaises, aussi actionnaires. Mais ma position est claire : pas de parachute doré ! », peut-on lire dans un tweet du Premier ministre Elio Di Rupo. Son cabinet a précisé qu'il n'y aura pas d'autre commentaire de sa part.

Casser le contrat avec « créativité »

Pour la député PS et membre de la commission spéciale Dexia Christiane Vienne, cette prime est « un sommet d'indécence ». Dexia a été renflouée par le gouvernement avec des dizaines de milliards d'euros de garanties, s'insurge Christiane Vienne. « M. Mariani n'a pas encore compris que l'époque des grosses rémunérations est révolue. L'Etat belge et français doivent faire des efforts de créativité pour casser le contrat », ajoute-t-elle.

Ecolo : une prime « prime à la mauvaise gestion »

Les députés Ecolo et Groen dont Muriel Gerkens et Georges Gilkinet, ont également réagi. Pour eux, à l'heure où le gouverneur de la Banque Nationale laisse entendre qu'une nouvelle recapitalisation du Holding sera inévitable, « il serait incompréhensible que M. Mariani puisse bénéficier d'une telle prime à la mauvaise gestion ».Le gouvernement fédéral doit profiter de l'occasion « pour démontrer une volonté et une capacité de remettre effectivement la finance au pas et au service de l'économie », disent les Verts qui demandent « que tout soit mis en oeuvre afin d'éviter le paiement de ce parachute doré ».

Une prime de 1,2 million d'euros prévue dans son contrat

Le gouvernement fédéral souhaite des changements à la tête de Dexia. Karel De Boeck, nommé administrateur, pourrait être désigné président du conseil en remplacement de Jean-Luc Dehaene avant de devenir, dans une troisième phase, administrateur-délégué en remplacement de Pierre Mariani.

Ce dernier serait prêt à quitter son poste, mais pas sans une prime de départ de 1,2 million d'euros prévue dans son contrat, indique L'Echo.

(belga)