L'Espagne demande l'aide de l'Europe

Rédaction en ligne

lundi 25 juin 2012, 11:01

L'Espagne a officiellement demandé une aide financière à l'Eurogroupe pour renflouer ses banques. Le plan d'aide devrait être prêt pour le 9 juillet. Aucun détail n'a été communiqué.

L'Espagne demande l'aide de l'Europe

Rajoy © AP

L'Espagne a publié lundi sa lettre officielle de demande d'aide à la zone euro, sans toutefois fournir les détails du plan qui devrait être prêt pour le 9 juillet, date de la prochaine réunion de l'Eurogroupe.

Le gouvernement espagnol avait annoncé jeudi que ses banques auraient besoin de 62 milliards d'euros au maximum, selon les résultats d'un audit indépendant. un chiffre inférieur aux attentes des marchés et à l'enveloppe de 100 milliards proposée par la zone euro.

« Le ministre de l'Economie Luis de Guindos, a envoyé aujourd'hui au président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, au nom du gouvernement espagnol, la lettre de demande d'assistance financière pour la recapitalisation des entités financières qui en ont besoin », a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le montant et les modalités du prêt attendus pour le 9 juillet

Ni le montant de l'aide demandée, ni les modalités du prêt, qui sera versé aux banques via le fonds public espagnol d'aide au secteur bancaire, ne sont encore définis. de Guindos avait annoncé la semaine dernière qu'il pourrait s'agir d'un prêt sur plus de 15 ans, « avec des taux d'intérêt compris entre 3 % et 4 % ». Selon l'audit indépendant publié jeudi, les banques du pays auront besoin d'un maximum de 62 milliards d'euros.

Après la Grèce, l'Irlande et le Portugal… au tour de l'Espagne

Le gouvernement se dit prêt dans sa lettre à finaliser les détails du prêt « avant le 9 juillet, afin qu'il puisse être discuté à la prochaine réunion de l'Eurogroupe ». Avec ce plan, l'Espagne va devenir le quatrième pays de la zone euro à bénéficier d'une aide européenne, après la Grèce, l'Irlande et le Portugal. Ce prêt est cependant limité au secteur bancaire du pays, fragilisé depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008.

P.VA. avec AFP