Electrabel menace de tout fermer en 2015 : « C’est du bluff », dit Wathelet

Rédaction en ligne

jeudi 05 juillet 2012, 08:34

Le secrétaire d’État à l’Énergie rappelle que Tihange 1 n’est qu’à moitié propriété d’Electrabel. « Peut-être un autre producteur est-il intéressé… », a-t-il conclu.

Electrabel menace de tout fermer en 2015 : « C’est du bluff », dit Wathelet

©Belga

Electrabel regrette la décision du gouvernement de prolonger la durée de vie de la centrale nucléaire 1 de Tihange et l’arrêt des centrales 1 et 2 de Doel. Ce choix du gouvernement ne lui « permet pas de prendre aujourd’hui les décisions nécessaires, alors que la question de l’approvisionnement du pays en électricité se pose avec acuité. »

Electrabel constate également que le gouvernement ne respecte pas le protocole d’accord conclu en 2009 entre l’État belge et le groupe GDF Suez. Celui-ci « comprend des engagements fermes et réciproques qui lient les parties, notamment la prolongation de la durée de vie des centrales Doel 1 et 2, et Tihange 1 pour une durée de dix ans. »

« Aucun élément ne permet d’évaluer la soutenabilité économique d’une telle perspective, alors même que d’importants investissements estimés à plus de 500 millions par site devraient être engagés en cas de prolongation », poursuit Electrabel.

L’entreprise se déclare être à la disposition du gouvernement pour faire valoir son point de vue et pour obtenir la clarté « absolue » sur les éléments économiques. « Sans quoi elle ne pourrait qu’entamer les procédures visant à préparer la mise à l’arrêt des trois unités dans les délais fixés par la loi de 2003 », c’est-à-dire en 2015.

Wathelet n’y croit pas

Le secrétaire d’État à l’Énergie ne croit pas qu’Electrabel envisage vraiment de fermer Tihange 1 en 2015. « C’est du bluff », a-t-il déclaré dans l’émission de la VRT, Terzake.

« Je comprends qu’une réponse claire du gouvernement soit nécessaire et qu’il doive y avoir une sécurité juridique », a commenté Melchior Wathelet.

À ses yeux, c’est dans cette direction que va la décision de mercredi. « On sait maintenant quelle est la vision de la Belgique. L’incertitude a entraîné que depuis 2003, il n’y a plus eu aucun investissement. Nous créons maintenant le climat qui rend possible les investissements dans les centrales au gaz. »

Le secrétaire d’État rappelle que Tihange 1 n’est qu’à moitié propriété d’Electrabel. « Peut-être un autre producteur est-il intéressé… », a-t-il conclu.

May (avec Belga)