HSBC a réalisé des transactions secrètes avec l’Iran

Rédaction en ligne

mardi 17 juillet 2012, 21:20

Le Sénat américain accuse la banque britannique d’avoir réalisé 16 milliards de dollars de transactions secrètes avec l’Iran. Un responsable de HSBC a annoncé sa démission.

HSBC a réalisé des transactions secrètes avec l’Iran

©AFP

Les responsables de la banque étaient au courant des « transactions secrètes avec l’Iran » – dont la documentation ne mentionnait aucun lien avec ce pays – depuis 2001 et jusqu’en 2007, pour un total de 25.000 opérations, selon le rapport d’une commission d’enquête du Sénat liée à la sécurité intérieure.

Le rapport parlementaire de 330 pages passe au crible des transactions au cours desquelles des fonds ont été envoyés aux Etats-Unis avant de ressortir du pays pour un total de 19,4 milliards de dollars.

Sur ce montant, quelque 16 milliards de dollars de transactions ont été exécutées sans que le lien avec l’Iran ne soit révélé.

« La grande majorité des transactions iraniennes, soit 75 à 90 % sur plusieurs années, ont été réalisées à travers HBUS (la filiale américaine de HSBC) et d’autres comptes en dollars sans qu’aucune connexion avec l’Iran ne soit dévoilée », précise le rapport.

« De 2001 à 2007, deux filiales d’HSBC, HSBC Europe (HBEU) et plus tard HSBC Moyen-Orient (HBME), ont réalisé régulièrement ce type de transactions impliquant l’Iran à travers HBUS », révèle le document.

Les Etats-Unis interdisent les relations commerciales et financières avec l’Iran, la Corée du Nord ou encore le Soudan.

Selon le sénateur démocrate Carl Levin, qui préside la commission, les responsables de la banque « savaient ce qui se passait, mais ont permis à cette pratique trompeuse de continuer ». La commission sénatoriale entendait mardi au cours d’une audition des responsables de HSBC.

La présidente de HBUS, Irene Dorner, devait présenter ses excuses pour les manquements de la banque.

« Je reconnais qu’il y a eu des domaines dans lesquels nous avons connu des défaillances significatives », a dit David Bagley, l’un des responsables de la banque.

Par ailleurs, selon des éléments du rapport mis en avant par la commission dès lundi, la banque a exposé le système financier américain à de possibles opérations de blanchiment de l’argent de la drogue des cartels mexicains. La filiale mexicaine a ainsi transféré un montant de 7 milliards de dollars vers HBUS entre 2007 et 2008.

HBUS a aussi également entretenu des relations financières avec des établissements bancaires soupçonnés de liens avec des organisations terroristes présumées. Le rapport cite à cet égard la banque saoudienne Al Rajhi Bank.

Le document souligne aussi que le géant bancaire britannique a aidé à écouler un montant de 290 millions de dollars en chèques de voyage émis par une banque japonaise au bénéfice de ressortissants russes qui prétendaient travailler dans les voitures d’occasion.

Démission d’un responsable devant le Sénat

Un responsable de la banque britannique HSBC a annoncé sa démission mardi devant une commission du Sénat américain, après la publication d’un rapport parlementaire accusant la banque d’avoir manqué de vigilance face à des transactions douteuses.

Le responsable chargé du respect des réglementations, David Bagley, a affirmé devant les élus de la commission d’enquête du Sénat liée à la sécurité intérieure, qui a publié le rapport, qu’il y a eu des « domaines dans lesquels nous avons connu des défaillances significatives ».

AFP