Récession : « Pas de quoi céder à la panique »

POLINA VOROBIEVA

vendredi 17 août 2012, 11:02

L'activité économique belge est en recul. Luc Coene (BNB) craint le retour de la récession. « Il ne faut pas céder à la panique après des prévisions incertaines », répond Johan Vande Lanotte.

Récession : « Pas de quoi céder à la panique »

Le gouvernement a pris en compte la baisse de l'économie. « Les chiffres de l'activité économique belge au mois de juillet n'ont certainement pas rendu le gouvernement euphorique », a expliqué le ministre de l'Economie Johan Vande Lanotte. Le gouverneur de la Banque nationale de Belgique (BNB) Luc Coene a affirmé ce week-end dans une interview au journal De Tijd que la Belgique risquait d'entrer en récession.

Le vice-premier ministre et ministre de l'Economie, Johan Vande Lanotte s'est montré sceptique face à ces déclarations, ce matin sur les ondes de Radio 1.

Durant le contrôle du budget au mois de juillet, le gouvernement a remarqué le repli de l'économie belge, a affirmé le ministre. « Les chiffres ne sont pas réjouissants. En mars la situation était à peu près la même. Ce n'était pas l'euphorie. Il en est de même pour ce mois de juillet mitigé. Mais je ne vois pas de quoi céder à la panique. »

« Il faut stimuler la consommation »

Le gouvernement prendra les mesures nécessaires, selon Johan Vande Lanotte. « Nous ferons tout pour maintenir le déficit budgétaire sous les 3 %. Et nous respecterons l'accord prévu avec l'Union européenne. Pour cela, nous devons stimuler la consommation et veiller à ce que le budget reste stable. Nous n'allons pas tout bouleverser sur base d'une prédiction incertaine. »

L'opposition appelle une réunion d'urgence

L'opposition, menée par Jan Jambon (N-VA), a vivement réagi aux propos de Luc Coene et a demandé une réunion d'urgence de la commission des Finances. « Nous voulons savoir quelles mesures sont prises par le gouvernement. S'il n'en prend pas, alors je trouve justifié que Coene tire la sonnette d'alarme », a dénoncé Jambon (N-VA).

Georges Gilkinet (Ecolo), à la tête de la commission des Finances à la Chambre, a appelé la majorité à se réunir d'urgence pour répondre aux questions de l'opposition.