Les pressions sur les prix du lait wallon bio

Le Sillon Belge

mercredi 30 mai 2012, 10:59

Mme Dethier-Neumann a interrogé le ministre Carlo Di Antonio car, selon plusieurs sources, le prix du lait issu de l'agriculture biologique et livré aux laiteries en tant que «marché SPOT» est actuellement plus bas que celui du lait traditionnel.

Les pressions sur les prix du lait wallon bio

Les pressions sur les prix du lait wallon bio

Mme Dethier-Neumann: D'après mes informations, un «agriculteur bio touche via cette filière 0,20 euro/litre, ce qui est fort peu en comparaison à un litre de lait «bio» vendu par le biais d'un contrat, celui-ci étant payé 0,38 euro au mois d'avril. Le prix de 0,20 euro est d'ailleurs largement insuffisant pour couvrir les coûts de production. Il semble qu'une des causes de cette situation résiderait dans la surproduction néerlandaise qui ferait pression sur le marché belge. Il semble en plus que le marché d'exportation de la France est en grande diminution. Cette situation est évidemment préjudiciable économiquement à certains exploitants et, finalement peut-être, aux exploitants en général, qui ont fait le choix du «bio», sachant que les 0,25 euro ou 0,30 euro qui sont donnés aux producteurs ne couvrent pas les frais de production.

M. le Ministre, ma question comportait un deuxième pan, en lien avec la question de mon collègue, M. Crucke, et en lien avec une question écrite que M. Dupriez vous avait posée il y a quelques semaines. Il vous avait interpellé quant à l'importation de lait européen issu de l'agriculture biologique et la pression que ce lait exerce sur nos producteurs. Vous aviez alors annoncé, au mois de mars, travailler à la mise en place d'une centrale de marché qui permettrait, dans les mois à venir, de développer des circuits courts en Wallonie. Est-il possible aujourd'hui d'obtenir des statistiques relatives au prix du lait «bio» en Wallonie ? Quelle est l'évolution de ce prix par rapport au lait «traditionnel»? Quel est, selon vos sources, l'impact de la surproduction néerlandaise actuelle en lait «bio» sur les prix du lait «bio» wallon? Quelles solutions proposez-vous ou voyez-vous par rapport à cette situation ?

Réponse du Ministre Di Antonio: je suis bien conscient de cette situation préjudiciable aux producteurs de lait bio. Je les ai d'ailleurs rencontrés, tout au moins certains d'entre eux, dans la botte du Hainaut, il y a quelques semaines, pour en débattre. À l'heure actuelle, nous ne disposons pas de données officielles spécifiques concernant les flux de commercialisation du lait biologique en Wallonie. Aucune distinction n'est faite entre le lait issu de l'agriculture conventionnelle et le lait issu de l'agriculture biologique - je parle de distinction dans les données officielles. Donc, je ne sais pas quelle est la part de lait biologique qui viendrait de France ou des Pays-Bas et vice versa.

Le plan stratégique Bio auquel mon cabinet travaille visera notamment à combler cette lacune via la réalisation d'études sectorielles. L'une des conclusions de l'étude préalable pour le secteur bio c'est que l'on manque de données par rapport à la manière dont les produits bio peuvent circuler entre les pays et dans d'autres parties de l'Europe.

Le prix relativement faible est lié à l'absence de débouchés supplémentaires pour les productions bio. Au niveau régional, nous ne pouvons entamer des démarches protectionnistes qui seraient considérées comme une distorsion de concurrence et, sanctionnées par l'Europe en regard du principe européen de libre circulation. Donc seule une démarche protectionniste du consommateur permettrait un accroissement de la demande en produits locaux et en produits biologiques locaux. Le point d'entrée le plus intéressant, c'est vraiment de sensibiliser les consommateurs qui sont, d'ailleurs, de manière naturelle, de plus en plus, sensibles à ces productions.