Forte opposition contre la suppression des quotas sucriers en 2015

Le Sillon Belge

jeudi 14 juin 2012, 15:03

La Confédération Internationale des Betteraviers Européens (CIBE), qui représente 385.000 producteurs provenant de 18 pays d'Europe centrale et occidentale et 55% de la production mondiale de sucre, a tenu du 12 au 15 juin 2012 à Reims (France) son 43e congrès. La situation du marché mondial de la production de sucre a été examinée, ainsi que la situation de l'économie sucrière mondiale et des questions politiques régulièrement rencontrées en Europe. Une attention particulière a été portée sur la proposition de la Commission Européenne de supprimer la règlementation actuelle, dont les quotas, à partir du 1er octobre 2015.

Forte opposition contre la suppression des quotas sucriers en 2015

Forte opposition contre la suppression des quotas sucriers en 2015

Contre cette proposition, beaucoup de discussions ont eu lieu avec, entre autres, les représentants du Parlement Européen, ainsi que du Ministre français de l'Agriculture. Les représentants du secteur sucrier européen et le président du London Sugar Group, représentant les pays de ACP-LDC (Afrique-Caraïbe-Pacifique et pays en voie de développement), se positionnent contre cette proposition. Aussi bien les betteraviers européen que ceux de l'ACP sont d'accord pour dire qu'il est complètement injustifié d'augmenter l'instabilité et la volatilité en enlevant sans nécessité les outils permettant de contrôler le marché dès 2015. Ils appellent le Parlement Européen et le Conseil à reconsidérer l'approche de la Commission Européenne, dans la lignée de la résolution du 23 juin 2011 déjà approuvée par le Parlement Européen. Copa Lors du congrès, le président de la Copa (Comité des Organisations Professionnelles Agricoles de l'Union Européenne), M. Gerd Sonnleitner a lancé un appel pour que les quotas européens de production de sucre soient maintenus au moins jusqu'en 2020. Il a indiqué que les producteurs ont déjà dû subir une grande réforme en 2006, avec des conséquences douloureuses. « Environs 140.000 betteraviers ont dû abandonner la production de betteraves sucrières, et 10.000 emplois ont été perdus. Les agriculteurs qui ont continué ont dû faire face à une diminution du prix des betteraves et du prix de référence pour le sucre blanc. Les quotas nationaux ont été réduits à 85% de la demande interne européenne, en faisant passer l'Union Européenne du statut d'exportateurs nets à celui d'importateurs net. Selon M. Sonnleitner, plus de progrès dans la sélection est possible pour atteindre des rendements de 20 tonnes de sucre par hectare dans certaines régions. «Nous devons aussi maintenir la compétitivité dans le secteur, en comparaison à d'autre secteurs agricoles. Dans les prochaines années, le secteur du sucre aura besoin de stabilité et une organisation du marché commun, afin d'améliorer ensuite sa compétitivité. Maintenir l'organisation actuelle du marché du sucre existant jusqu'au moins 2020 est vital. Notre objectif commun doit être de préserver et de défendre la compétitivité de la production betteravière, et de conserver une industrie forte. C'est pourquoi, je m'oppose à la fin des quotas en 2015», a affirmé le président de la Copa. Le président du CIBE Jorn Dalby a annoncé que le CIBE resterait complètement mobilisé en 2012 et 2013 pour convaincre les politiques du besoin de prolonger le régime actuel avec les outils actuels, et de ne pas supprimer le quota avant 2020. Cela inclut également de ne pas fournir de nouveaux privilèges en faveur des producteurs de sucre de canne, qui mettent en cause la durabilité du marché au détriment du consommateur.