L'Espagne, un marché plus que jamais à saisir

PAOLO LEONARDI

jeudi 19 juillet 2012, 11:04

En proie à une terrible récession, la péninsule Ibérique mise plus que jamais sur les investisseurs étrangers. Les maisons de vacances qui attendent preneurs fleurissent le long de la côte. En Belgique, certains ont senti les occasions que l'on peut y faire.

L'Espagne, un marché plus que jamais à saisir

David Zapico de Zapinvest (à droite sur le cliché) emmène souvent des clients en Espagne, comme ici à Estepona, à l’ouest de Malaga DR

Que le Belge qui n'a jamais rêvé d'acheter un bien immobilier en Espagne lève le doigt… Si le sujet vous intéresse, un conseil : ne tapez pas « immobilier en Espagne » sur internet, vous serez noyé par un nombre invraisemblable de sites. Et pour cause puisqu'on recense dans la péninsule ibérique plus d'un million de biens qui cherchent preneurs !

Mieux vaut donc s'adresser à des spécialistes, et de préférence à des agents immobiliers qui effectuent régulièrement des allers-retours sur place pour vérifier les promotions existantes, leur localisation, la solvabilité et l'origine des différentes parties ayant pris part au projet, l'état des biens, la qualité de leur construction, etc.

En plein centre de Liège, nous avons trouvé une agence qui a fait de la côte espagnole sa marque de fabrique : Zapinvest. Elle n'est bien sûr pas la seule sur le marché belge puisqu'il en existe quelques autres (mais pas beaucoup) en Wallonie et une quinzaine en Flandre. Mais rares sont les agences qui fournissent un service uniquement centré sur l'Espagne et entièrement personnalisé avec, notamment, une visite des lieux en compagnie des acheteurs potentiels.

Les images télévisées de villes fantômes qui attendent leurs habitants ont fait le tour du monde. Elles ne représentent toutefois pas la seule réalité. Oui, ces promotions vides existent et, dans les brochures, elles « offrent » presque immanquablement la vue sur mer. Mais elles sont souvent éloignées des plages et ce qu'elles ne disent pas, c'est qu'elles offrent parallèlement une vue sur… l'autoroute…

Poussés par une frénésie malsaine, beaucoup de promoteurs ont abondamment construit entre 2006 et 2009, année où l'Espagne est entrée de plain-pied dans la crise. En proie aujourd'hui à sa deuxième récession en trois ans (le taux de chômage atteint les 24 % de la population active), la péninsule compte plus que jamais sur le tourisme et les propriétaires venus d'ailleurs.

Les promoteurs qui n'avaient pas les reins suffisamment solides se sont cassé les dents les uns après les autres. D'ailleurs, les meilleures affaires à réaliser sont celles qui concernent des biens qui ont fait l'objet d'une saisie bancaire. Elles se ramassent à la pelle. Les prix des appartements, bungalows et autres villas avec piscine ont chuté, parfois très fortement puisqu'on va jusqu'à enregistrer des baisses de l'ordre de 50, 60, voire même 70 %. Du jamais vu de l'autre côté des Pyrénées !

Mais il serait faux de croire que le marché de l'immobilier est à l'arrêt total. On construit encore en Espagne mais les projets émanent de promoteurs qui ont d'autres cordes à leur arc (hôtellerie, golf…) en même temps que de grosses réserves financières.