DSK : « Les soirées libertines n'étaient pas organisées à mon intention »

Rédaction en ligne

dimanche 29 avril 2012, 22:21

« Je n'ai jamais eu le sentiment d'une quelconque forme d'organisation mise en place », a déclaré Strauss-Kahn aux juges dans l'affaire du Carlton.

DSK : « Les soirées libertines n'étaient pas organisées à mon intention »

Dominique Strauss-Kahn, mis en examen pour « proxénétisme aggravé en bande organisée » dans l'affaire dite du Carlton de Lille, a déclaré devant les juges qu'il ne lui était « jamais apparu » que les soirées libertines « étaient organisées à (son) intention », selon le site du Figaro dimanche.

Selon le journal, qui publie des extraits des procès-verbaux d'audition de l'ancien directeur général du Fonds monétaire international, celui-ci a déclaré devant les juges le 26 mars au sujet de ces soirées : « Il ne m'est jamais apparu qu'elles étaient organisées à mon intention ».

Alors que les magistrats lui demandaient s'il ne pensait pas avoir mis en place un « système de complaisance dans (son) entourage dans le but de satisfaire (ses) besoins sexuels », DSK a contesté.

« Non, je n'ai jamais eu le sentiment d'une quelconque forme d'organisation mise en place et encore moins que cette organisation faisait appel à la prostitution », a-t-il déclaré, selon la retranscription du quotidien.

La révélation du contenu de ces PV intervient alors que l'ancien ministre socialiste est revenu sur le devant de la scène en pleine campagne présidentielle.

Le journal britannique The Guardian a mis en ligne vendredi ce qu'il a présenté comme une interview de DSK par un journaliste américain dans laquelle l'ancien patron du FMI accuse ses adversaires politiques d'avoir utilisé l'affaire du Sofitel de New-York pour faire échouer sa candidature à la présidentielle.

L'entourage de M. Strauss-Kahn a démenti dimanche que DSK ait donné une interview au Guardian, qui ne serait qu'« un montage fait à partir d'un livre à paraître ».

Sa présence samedi soir à l'anniversaire du député PS Julien Dray a également suscité un embarras au Parti socialiste, certains invités ayant quitté la soirée après avoir appris que DSK était convié.

(avec AFP)