Astérix utilisé par l’UMP : polémique autour de Montchamp

Rédaction en ligne

vendredi 25 mai 2012, 17:43

Georges-Francis Seingry porte plainte contre X après l’envoi de la lettre de candidature de Marie-Anne Montchamp à ses contacts privés pour les élections législatives en France.

Astérix utilisé par l’UMP : polémique autour de Montchamp

© DOMINIQUE DUCHESNES

Georges-Francis Seingry, Conseiller à l’Assemblée des Français de l’étranger et délégué de l’UMP pour la Belgique, a déposé une plainte contre X auprès de la justice belge. En cause : la lettre de candidature de Marie-Anne Montchamp a été envoyée à des amis du Conseiller. Installées en Afrique du Sud et en Australie, ces personnes ne sont pas inscrites dans les registres du consulat Général de France à Bruxelles. Autrement dit, leurs coordonnées n’étaient accessibles qu’en piratant les fichiers confidentiels de Georges-Francis Seingry.

Bien que les faits datent de plusieurs mois, le Conseiller a préféré attendre la fin du mandat de Marie-Anne Montchamp en tant que secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale. « Pour ne pas provoquer de coup médiatique » en période électorale, a-t-on appris du cabinet du Conseiller, « on a demandé à Mme Montchamp d’expliquer comment sa lettre de candidature s’est retrouvée là mais elle n’a pas voulu répondre. » Du côté du cabinet de Anne-Marie Montchamp, on contredit cette version des faits.« Georges-Francis Seingry n’a jamais appelé Mme Montchamp » affirme-t-on, que « elle n’était absolument pas au courant de cette histoire ni même de l’existence d’une plainte contre X. »

La Fédération belge de l’UMP n’est « pas en mesure de fournir des réponses, mais on mettra tout ce qu’il faut à disposition de la justice belge » affirme Jérémy Michel, le délégué de l’UMP pour la Belgique.

Ce sera donc au tribunal de trancher et déterminer comment la lettre de candidature de Marie-Anne Montchamp a été envoyée aux contacts privés du délégué de l’UMP pour la Belgique.

Georges-Francis Seingry a également présenté l’affaire à la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale à Paris. L’organe vérifiera si il y a eu des irrégularités dans la campagne de Marie-Anne Montchamp. Si c’est le cas, et si la députée est élue, le Conseil d’État pourra annuler son élection.

Astérix sème la discorde

Il y a quelques jours, on vous parlait de la campagne de Marie-Anne Montchamp parodiant la bande dessinée Astérix. Une utilisation qui n’avait pas ravi le cabinet de Georges-Francis Seingry. « Quand on fait campagne dans un pays qui nous accueille, on doit respecter les lois, se comporter correctement. On ne doit pas utiliser des clichés qui peuvent être susceptibles d’être racistes. C’est très embêtant vis-à-vis des autorités belges. » Du côté de Marie-Anne Montchamp, on assure qu’il s’agit d’une « maladresse d’un militant de l’UMP Belgique, ce n’est pas un document officiel ». Même son de cloche de la part de la Fédération belge.

Jennifer Fileccia (St.)