Erreurs humaines et problèmes techniques à l’origine du crash Rio-Paris

Rédaction en ligne

mercredi 04 juillet 2012, 22:23

La catastrophe du vol Rio-Paris d’Air France en juin 2009 s’explique par une conjonction de facteurs : défaillances techniques, erreurs humaines, procédures inadaptées et météo capricieuse.

Erreurs humaines et problèmes techniques à l’origine du crash Rio-Paris

©AFP

Une vingtaine de conclusions, révélées par une source proche du dossier les ayant consultées, sortent de ce rapport d’expertise judiciaire de 356 pages demandé par la juge Sylvia Zimmermann.

Sont évoqués une perte de données due au givrage des sondes Pitot, une procédure inadaptée dans ce cas, mais également une absence de réaction appropriée de l’équipage ou encore un manque de suivi des incidents depuis 2004, a précisé cette source.

« Le décrochage a été initié par une trajectoire non maîtrisée alors que survenait la perte de données de pression totale du fait du givrage des sondes Pitot, accompagnée des alarmes et de la dégradation des systèmes associés », selon l’une des conclusions.

« Le déficit d’information aux équipages concernant le givrage des sondes ou de l’altitude est contributif de l’effet de surprise », ajoute-t-elle.

L’inadaptation des procédures d’urgence est ensuite invoquée : ainsi la « procédure +IAS douteuses+ (requise lors du givrage des sondes, ndlr) bien qu’adaptée à la situation était inadéquate au vu des symptômes perceptibles ».

Le crash d’un Airbus A330 d’Air France, qui s’était abîmé le 1er juin 2009 dans l’océan Atlantique au large du Brésil, avait coûté la vie aux 228 passagers et membres d’équipage.

May (avec AFP)