Succession d’Aubry : Désir veut un « vote ouvert » des militants

Rédaction en ligne

lundi 03 septembre 2012, 20:42

Harlem Désir, candidat déclaré à la succession de Martine Aubry à la tête du PS, souhaite que les militants puissent départager les différents prétendants dans un « vote ouvert », affirmant avoir entendu ceux qui regrettent un processus « opaque ».

Succession d’Aubry : Désir veut un « vote ouvert » des militants

©Reuters

« Je souhaite qu’il y ait un vote (des militants) ouvert » aux différents candidats, car la « légitimité du futur premier secrétaire, elle doit procéder de ce rassemblement des socialistes qui se seront exprimés par un vote démocratique », a déclaré M.

Désir à BFMTV.

« Il faut absolument », a-t-il ajouté, « que les militants puissent s’exprimer par un vote libre, ouvert, auquel tout candidat puisse se présenter, quel que soit le choix qui sera proposé », c’est-à-dire quel que soit le nom proposé comme premier signataire de la motion destinée à être majoritaire.

Harlem Désir a déclaré ignorer s’il figurait en tête de liste de la motion qui doit être transmise au Conseil national du PS (son « parlement ») avant le 12 septembre.

Une telle première place en tête de cette motion, élaborée conjointement par la première secrétaire et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, fournirait une indication très nette aux militants sur les préférences de Martine Aubry pour sa succession.

Le processus actuel a été mis en place pour éviter que la désignation du nouveau Premier secrétaire ne donne lieu à des querelles internes très vives, semblables à celles qui s’étaient produites en 2008 au congrès de Reims.

« Rien ne devrait empêcher quel que candidat que ce soit de se présenter. Je crois que c’est ce que les militants souhaitent », a insisté Harlem Désir, candidat à la succession de Martine Aubry, avec le député de Paris Jean-Christophe Cambadélis.

Harlem Désir et Jean-Christophe Cambadélis figureront tous deux comme signataires dans la « motion de rassemblement ».

Le porte-parole du PS, David Assouline, a confirmé lundi que Martine Aubry devrait arrêter « cette semaine » son choix pour la tête de liste.

Question de légitimité

« Mon projet pour le PS, c’est le PS des primaires, ce n’est pas le PS du congrès de Reims, ce n’est pas le PS des arrangements de courants, fermé sur lui-même », a encore dit lundi soir Harlem Désir, qui est numéro deux du PS depuis 2008.

Il s’est aussi présenté comme le « candidat de la démocratie militante, du rassemblement et de la poursuite de la rénovation », concédant que les militants trouvaient le processus de succession « opaque ».

« C’est ce vote des militants qui donnera toute sa légitimité au prochain » premier secrétaire. « C’est cela aussi qui permettra aussi le rassemblement et qui permettra de continuer la rénovation » du PS, a-t-il dit.

Le sénateur socialiste Gaëtan Gorce, qui a évoqué un temps la possibilité de présenter sa candidature, a exprimé sur son blog son exaspération devant le processus de succession actuel. « Qu’attendre d’un favori qui ne pourra s’appuyer que sur les ambiguïtés d’un accord au sommet ? », s’est-il insurgé.

Le processus de désignation du premier secrétaire va démarrer le 12 septembre, jour où les motions seront entérinées par le Conseil national, et s’achever le 28 octobre, jour de clôture du congrès. Entre-temps, il y aura un vote des militants dans chaque section. Le 11 octobre, sur les motions. Le 18 octobre, sur les deux candidats en lice, à savoir, en théorie, les deux premiers signataires des deux premières motions.

(D’après AFP)