L'Italie emprunte comme prévu 6,5 milliards d'euros à un an mais ses taux s'envolent

mercredi 13 juin 2012, 12:35

Les taux de ces obligations à douze mois se sont inscrits à 3,972% contre 2,34% lors de la dernière opération similaire le 11 mai. La demande des investisseurs est toutefois restée soutenue, s'élevant à 11,26 milliards d'euros. L'Italie, qui avait réussi à regagner la confiance en début d'année grâce aux mesures de rigueur et aux réformes du gouvernement Monti, est revenue dans la ligne de mire des marchés depuis le début de la semaine, certains analystes craignant qu'elle ne soit le prochain domino de la zone euro à tomber, à présent que l'Espagne a accepté un plan d'aide pour ses banques. Ses taux à dix ans sont repassés au-dessus de la barre symbolique des 6% tandis que ses banques se sont retrouvées sous pression en Bourse. Le chef du gouvernement italien Mario Monti a affirmé mardi soir dans une interview à la radio publique allemande ARD que l'Italie n'aurait pas besoin de l'aide du Fonds de soutien de la zone euro (FESF) "même à l'avenir", malgré l'envol de ses taux d'emprunt. Mercredi matin, devant les députés italiens, il s'est dit "très serein" pour le pays dans cette phase "cruciale" et a mis en avant les points forts de la péninsule. L'Italie, qui croule sous une dette colossale représentant environ 120% de son PIB, reviendra sur le marché jeudi avec une émission à moyen et long terme.